Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Le siège auto : indispensable !

Le Le siège auto indispensable

Dès la sortie de la maternité, bébé va découvrir les joies de l’automobile… En cas de choc ou de coup de frein brutal, un siège auto adapté permet d’éviter l’éjection de l’enfant et ses conséquences dramatiques pour lui ou les autres passagers. Lors de tout déplacement en voiture, un maître mot : SECURITE.

Des chiffres à méditer…

Chaque année, un millier d’enfants meurent ou sont gravement blessés en voiture.
40 % des accidents mortels chez l’enfant surviennent lors de trajets inférieurs à 3 kilomètres.
Pour un enfant sans ceinture, un choc à 50 km/h équivaut à une chute du 4ème étage !
Malgré cela, selon la Prévention Routière, 70% des enfants seraient mal attachés en voiture et près de 10% ne le seraient pas du tout…

Que dit la loi ?

Le Code de la Route (art. R.412-1 et suivants) rend obligatoire le port de la ceinture de sécurité pour le conducteur, comme pour les autres passagers, à l’avant et à l’arrière des véhicules de moins de 3,5 tonnes.


L’obligation d’attacher les enfants de moins de 10 ans, lors d’un déplacement en voiture, est en vigueur en France depuis le 1er janvier 1992.

Il est interdit de transporter des enfants de moins de 10 ans aux places avant, sauf si l’enfant est installé dos à la route dans un siège prévu à cet usage.


Deux dérogations existent quand il y a impossibilité de faire autrement :

  • La présence d’un enfant assis à l’avant est autorisée lorsque le véhicule ne dispose pas de banquette arrière ou si celle-ci est déjà occupée par des enfants de moins de 10 ans, ou encore si le siège arrière n’est pas équipé de ceinture de sécurité.
  • Un enfant de moins de 10 ans peut utiliser une ceinture de sécurité, à condition que sa taille soit suffisante pour faire passer la sangle sur son épaule et non sur le cou.

Le non-respect de la loi peut être sanctionné par une contravention de quatrième classe (amende forfaitaire de 135 €).

Un siège adapté au poids et à l’âge de l’enfant…

La norme européenne distingue 5 groupes de sièges auto.


Groupe 0 (de la naissance jusqu’à 6 mois / moins de 10 kg) :

  • Le siège est installé dos à la route, à l’avant ou à l’arrière de la voiture.
  • La protection est ainsi maximale en cas de choc frontal.
  • Attention : si vous choisissez de placer le siège à l’avant, il est impératif de désactiver l’airbag.
  • Pour les nourrissons, vous pouvez choisir aussi un lit nacelle, posé parallèlement au dossier de la banquette arrière et fixé par des sangles aux points d’ancrage des ceintures de sécurité.


Siège auto bébé groupe 0


Groupe 0 + (de la naissance jusqu’à 1 an / moins de 13 kg) :

  • Ce siège est identique au précédent mais de taille supérieure.
  • Il doit être installé de la même manière que le siège du groupe 0.


Groupe 1 (de 9 mois jusqu’à 4 ans / 9 à 18 kg) :

  • À cet âge, l’enfant se tient bien assis et peut résister aux forces qui le propulsent vers l’avant, notamment lors d’un freinage brutal.
  • Vous pouvez choisir de l’installer soit dans un siège avec harnais, soit dans un siège avec tablette de protection.


Siege auto bébé groupe 1


Groupe 2 (15 à 25 kg) et Groupe 3 (22 à 36 kg) :

  • Ces groupes concernent les enfants de 3 à 10 ans (ou jusqu’à la taille de 1,35m).
  • Il s’agit d’un rehausseur, avec ou sans dossier.
  • L’enfant est attaché par la ceinture de sécurité du véhicule, bien positionnée au niveau de l'épaule et du bassin.


Siège auto bébé groupe 2


Certains sièges sont répertoriés et homologués dans plusieurs groupes.

Il existe, par exemple, des sièges baquets réglables qui s’installent dans un premier temps dos à la route, puis face à celle-ci quand l’enfant devient plus grand. Ce type de siège est classifié dans les groupes 0 et 1.

Nos recommandations :

Privilégiez la position « dos à la route » le plus longtemps possible : avant d’avoir atteint un poids minimum de 9 kg, votre bébé ne possède pas une musculature du cou suffisamment développée pour résister à une forte décélération.

Les rehausseurs avec dossier assurent un meilleur niveau de sécurité (maintien de la tête et protection du bassin en cas de choc, bon positionnement de la ceinture) et offrent un confort supérieur à l’enfant (notamment pour dormir).

Une homologation obligatoire !

Les lits nacelles, les sièges et les rehausseurs doivent répondre aux normes de sécurité édictées par la réglementation européenne.

Vérifiez la présence de l’étiquette de certification ECE R44/04 (ECE R44/03 jusqu’au 23 juin 2009): elle atteste que le fabricant a bien reçu le visa d’homologation.


1 - Indication de la catégorie dans laquelle le siège est homologué : « Universel » indique qu’il convient à tous les véhicules.

2 . Poids pour lequel le siège est homologué.

3 - "Y" indique que ce siège enfant dispose d’un système de harnais 5 points avec sangle d'entre-jambes.

4 - Marque d’homologation européenne

5 - Code du pays dans lequel l'homologation a été réalisée (1=Allemagne, 2=France, 3=Italie, 4=Pays-Bas, etc.).

6 - Numéro d'homologation.

7 - Code barre.

Quelques conseils…

Prenez votre temps pour choisir le siège le plus adapté à vos besoins : comparez les modèles (confort, facilité d’installation…), prenez connaissance des recommandations éventuelles du constructeur de votre voiture (consultez le manuel d’utilisation) et contrôlez l’étiquette d’homologation.

Evitez d’acheter un siège d’occasion : si certaines pièces ont été détériorées, il peut ne plus être efficace à 100 %. De plus, s’il est trop ancien, il risque de ne plus répondre aux normes en vigueur. La sécurité n’a pas de prix !

Suivez scrupuleusement les instructions de montage et de fixation : pas de bricolage ! Des dispositifs « Isofix » équipent certains véhicules récents : ils facilitent la fixation des sièges enfants et offrent une plus grande sûreté d’installation.

Après tout accident ou choc important, vous devez changer le siège auto : celuici a pu être endommagé de manière invisible. Certaines assurances prennent en charge son remplacement.

Même si le siège reste installé en permanence dans votre véhicule, vérifiez s’il est bien fixé avant d’y installer votre enfant.

Veillez à assurer le meilleur confort à votre bébé et assurez-vous régulièrement qu’il ne s’est pas détaché !

Dès que votre enfant est en âge de comprendre, apprenez lui les bons réflexes : pas déplacement en voiture sans être attaché ! Sachez user de persuasion, voire de fermeté !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

Sources :
www.securiteroutiere.gouv.fr - www.britax-romer.fr - www.bebeconfort.com

Mise à jour le Samedi, 18 Décembre 2010 08:16
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…