Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Quels jouets pour bébé ?

Quels jouets pour bébé ?

Spontanément les enfants aiment jouer... Une activité qui est essentielle à leur développement physique, psychologique, sensoriel et social. Mais entre jouets “traditionnels” et produits “high-tech”, comment choisir le plus adapté ? Comment concilier objectifs ludiques et éducatifs ? Comment s’assurer de la sécurité de bébé ? Suivez le guide...

A chaque âge, ses jouets...

Spontanément les enfants aiment jouer... Une activité qui est essentielle à leur développement physique, psychologique, sensoriel et social. Mais entre jouets “traditionnels” et produits “high-tech”, comment choisir le plus adapté ? Comment concilier objectifs ludiques et éducatifs ? Comment s’assurer de la sécurité de bébé ? Suivez le guide...


Même si le petit dernier veut imiter ses frères et soeurs plus âgés, inutile de griller les étapes ! D’autant que lui mettre entre les mains un jouet, non adapté à son âge ou ses capacités, pourrait le mettre en situation d’échec au lieu de le stimuler, voire lui ferait prendre des risques inutiles.


L'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) a publié une série de conseils sur les jouets à privilégier, en fonction des activités et besoins des tout-petits...

De la naissance à 3 mois

Bébé observe le monde qui l’entoure. Il écoute les bruits, la musique et bien sûr votre voix. Ses yeux sont attirés par la lumière, les couleurs et les mouvements.


Les jouets musicaux et les mobiles accrochés au dessus de son lit sont donc particulièrement indiqués... sans oublier de lui chanter des berceuses !


Et bien sûr, les peluches, synonymes d’amour et de câlins, qui resteront des compagnons fidèles jusqu’à un âge où l’on ne compte plus en mois mais en années (5, 10, 20, 30... voire plus si affinités !). Attention tout de même à ne pas envahir le lit de bébé avec une montagne d’ours et de lapins, pour éviter le risque d’étouffement !

De 3 à 9 mois

Bébé essaye de saisir les objets à sa portée... et il les suce volontiers !


Hochets, portiques et bouliers déclencheront chez lui un véritable ravissement... que vous partagerez en riant avec lui !

Dès 9 mois

Bébé manipule de mieux en mieux ses jouets, il réussit à les prendre plus fermement entre le pouce et l’index, il les triture dans tous les sens... et les mordille (attention aux petits objets et ceux dont des pièces risquent de se détacher, car il pourrait les avaler !).


Livres en tissu, tapis d’éveil et jeux multi-activités sont notamment conseillés à cet âge.


Et pour le bain, pensez à lui acheter des animaux flottants, des aspergeurs ou autres “joujoux” en plastique... et sachez qu’il se fera un plaisir d’éclabousser partout en tapant des mains et des pieds !

Dès 1 an

Bébé est stimulé par tout ce qu’il peut toucher et manier , surtout si les couleurs sont vives, les formes et les sensations variées : les cubes, les briques à encastrer, les jeux de formes ou de couleurs sont incontournables !


S’il est curieux de tout ce qu’il observe autour de lui, il aimera jouer avec des voitures ou des petits personnages.


Pour les plus “intellos”, qui s’intéressent aux images et aux histoires courtes, il existe de nombreux magazines pour enfants de cet âge : Picoti, Papoum, Popi...


Et les tout-petits étant très sensibles à la musique, pensez aussi aux CD de comptines, surtout celles qui se chantent avec les doigts, en faisant des chatouilles ou en sautant sur vos genoux. Ambiance garantie !

De 1 à 3 ans

Bébé aime la complicité des jeux partagés : ballons et jeux de socie´té (mémos, memory, dominos... ) sont incontournables... et en jouant avec lui vous garderez des souvenirs inoubliables !


Pour développer son sens de la logique, les cubes, les briques à encastrer, les jeux de formes ou de couleurs, restent une valeur sûre.


Et pour stimuler son imaginaire, tournez-vous vers les petites voitures, les livres d’images ou certains magazines (Abricot, Bazar, toupie, Pomme d’Apie...).

Dès 3 ans

Votre enfant entre dans sa phase d’imitation : il aime les déguisements et inventer des histoires avec ses petits personnages (Playmobil, Lego, poupées, marionnettes...).


Ses capacités motrices s’améliorant, il est de plus en plus attiré par la pâte a` modeler, les puzzles, les jeux de construction ou de société.


Et si la météo est clémente, les jeux d’extérieurs (ballon, toboggan, balançoire, tricycle...) vont le mettre en joie... une bonne occasion pour vous de faire un peu d’exercice !


Ces quelques points de repère permettront de vous guider pour éviter les erreurs, mais bien évidemment ils ne sont pas “gravés dans le marbre”. Chaque bébé grandit à son propre rythme et peut acquérir les apprentissages différemment, sans même parler des surdoués (dénommés aussi enfants “à haut potentiel”). Ne vous interdisez donc pas une certaine “souplesse” ! Et n’oubliez pas aussi qu’acheter des jouets c’est bien... mais que jouer avec votre chérubin est indispensable à son épanouissement !

Haro sur les jouets trop bruyants !

Klaxons, sirènes, trompettes ou tambours déclenchent immanquablement l’effervescence des tout-petits...


Mais attention à leurs oreilles !


Elles possèdent en effet un “capital bruit” limité et gardent en mémoire les agressions qu'elles subissent, avec des conséquences qui peuvent être définitives, comme la baisse de l’audition ou les acouphènes.


Au-delà de 85 décibels (dB), les sons agressent l’appareil auditif et les dégâts sont proportionnels au niveau sonore et à la durée d’exposition.


Or certains jouets atteignent les 110 dB, un niveau proche du seuil de la douleur !


Raison pour laquelle des spécialistes s’insurgent contre de la mauvaise qualité des jouets musicaux et de leur niveau sonore trop élevé.


Ils recommandent d’écouter les sons des jouets avant de les acheter et d’en limiter l’utilisation.


Et le bruit ne fait pas souffrir que l’oreille, aussi bien chez les enfants que les adultes : il peut entraîner de la fatigue, des maux de tête, de l’irritabilité, des troubles du sommeil, une accélération du rythme cardiaque, de l’hypertension, voire des effets néfastes sur le déroulement de la grossesse ou même l’audition du foetus !

Attention aux jouets toxiques !

Nitrosamines, phtalates, bisphénol A, formaldéhyde, naphtalène... nombre de jouets en contiennent, alors que ces substances ont des effets néfastes sur la santé.


Certes, la Commission Européenne a renforcé les contrôles au sein des pays de l’Union pour réduire les risques d’exposition des enfants. Mais la plupart des jouets proviennent de pays où les normes et conditions de fabrication “manquent de rigueur” : chaque année, la Douane saisit ainsi des milliers de produits non conformes, voire dangereux.


En 2011, l’association “UFC - Que Choisir” a réalisé une enquête sur 30 jouets très appréciés des enfants.

Des substances cancérigènes ont été détectées dans de nombreux jouets en plastiques, poupons et peluches, même chez les “stars” comme Sophie la girafe ou le doudou Oui- Oui !

A quelques exceptions près, seuls les jouets en bois sortaient “blanchis” de ce test... la mode “rétro” a parfois du bon !


L’association WECF (Women in Europe for a Common Future), très impliquée dans l’écoconception des jouets, diffuse sur Internet (www.wecf.eu) des conseils pour choisir et utiliser les jouets en toute sécurité.


Quelques sites, spécialisés dans la vente de jouets “bio” méritent aussi le détour : www.jeujouethique.com, www.ekobutks.com, www.natureetdecouvertes.com...


Sachez enfin que certains jouets ou vêtements comportent un label (SPIEL GUT, GOTS, OEKO-TEX...) qui garantit l’absence de substance toxique.

Et quid des tablettes et des consoles ?

Dans un rapport intitulé “L’enfant et les écrans”, l’Académie des Sciences met en avant les vertus pédagogiques des tablettes, ordinateurs et autres smartphones, même chez les tout-petits.


Mais grandir “entouré d’écrans” pouvant avoir des effets négatifs en l’absence d’un accompagnement des parents au quotidien, elle prône une “éducation numérique” adaptée à chaque âge, des premiers mois jusqu’à l’adolescence.


Avant 2 ans, les experts estiment que “les tablettes tactiles (plus exactement, visuelles et tactiles) peuvent contribuer dans un contexte relationnel, avec l’aide des parents, grands-parents, ou enfants plus âgés de la famille, à l’éveil précoce des bébés au monde des écrans”.


Pour développer l’exploration et l’apprentissage, le “high-tech” aurait donc désormais toute sa place à côté des jouets plus simples, comme les hochets, les peluches ou les cubes de couleur.


Mais selon l’Académie des Sciences, la télé n’aurait aucun effet positif chez les tout-petits et pourrait même entraîner des retards de langage ou des déficits de concentration.

Un avis partagé par l'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire, qui recommande d’éviter au maximum la télévision avant 3 ans.

Le temps passé par les bébés devant la télé, y compris les programmes qui leur sont spécialement dédiés, les empêche d’interagir spontanément avec leur environnement grâce à leurs cinq sens. Or, toucher et manipuler les objets, se familiariser avec l’espace en trois dimensions est fondamental pour leur développement.

A cet âge, l’enfant a besoin de se percevoir comme acteur, mais de longues heures passées devant la télévision favorisent ultérieurement la passivité... et même l’obésité !

Après 3 ans, les pédiatres recommandent aux parents d’impliquer les enfants dans le choix du programme, pour une durée préalablement définie, et de les inciter à une analyse critique face au comportement du personnage télévisé.


Pour les enfants âgés de 2 à 6 ans, l’Académie des Sciences considère que les outils numériques peuvent stimuler “les capacités d'attention visuelle sélective, de dénombrement, de catégorisation, pour préparer la lecture...“.


Cependant, les experts signalent que “c'est aussi l'âge où de façon spontanée l'enfant pourrait déjà se réfugier de façon excessive dans le monde virtuel des écrans” et recommandent donc de l’éduquer très tôt “à une pratique modérée et autorégulée”.


En ce qui concerne les consoles de jeu, l'Association Française de Pédiatrie Ambulatoire les déconseille avant 6 ans, pour favoriser la créativité.

Lors de sa croissance, l'enfant développe son imagination en créant de ses propres mains, notamment par le dessin, le modelage ou le jeu avec d’autres.

Or si un enfant s'initie trop tôt aux automatismes de la console de jeu, cela risque de contrarier le développement de sa motricité fine et de sa créativité.

Les écrans peuvent être un support occasionnel de jeu en famille, voire d’apprentissages accompagnés, mais jouer seul à cet âge sur une console pourrait, selon les pédiatres, devenir rapidement compulsif.


Les avis des spécialistes, même s’ils ne font pas systématiquement consensus, soulignent tous la nécessité d’apprendre aux enfants à “apprivoiser” les nouvelles technologies pour n’en tirer que le meilleur. Vous avez donc un rôle majeur à jouer face à cette révolution technologique qui touche désormais les plus petits...

Pour la sécurité, suivez les conseils des professionnels...

Vérifiez sur l’emballage que le jouet est adapté à l’âge de l’enfant.


Les jouets qui peuvent être dangereux pour les enfants de moins de 36 mois doivent afficher un avertissement sur la boîte : par exemple “Attention ! Ne convient pas aux enfants de moins de 36 mois (3 ans)” ou un pictogramme (tête d’enfant et mention 0-3 dans un cercle rouge barré).


Choisissez plutôt un modèle qui comporte la marque NF (ou au moins la norme CE).


Evitez les jouets qui comportent des petits éléments détachables ou qui peuvent s’arracher facilement.


Contrôlez que le compartiment à pile ne soit pas accessible à l’enfant.


N’achetez pas de jouets qui comportent de petits aimants, car leur ingestion peut causer des lésions sévères du tube digestif qui peuvent mettre la vie des tout-petits en danger. Faites attention aux jouets parfumés, en raison du risque d’allergie.


Éliminez les jouets lumineux avec des diodes LED apparentes, dangereuses pour la vue des enfants.


Préférez les jouets de grande marque qui sont tout de même plus suivis et contrôlés. Méfiez-vous des ballons en baudruche, en raison du risque d’étouffement.


Ne laissez pas bébé jouer avec des objets qui pourraient le couper ou le piquer.


Sachez enfin que “trop de jouets tuent le jeu” ! Selon les psychologues, lorsqu’un enfant est trop gâté, il va “zapper” d’un jouet à l’autre, sans réellement profiter de l’activité ludique nécessaire à son apprentissage.

Soyez donc vigilante au moment de faire votre choix dans les rayons des grands magasins ou sur Internet ! Informez-vous et lisez bien les étiquettes... Et n’oubliez pas que les jouets sont de véritables “nids à microbes”, alors nettoyez-les régulièrement !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.afpa.org - www.mpedia.fr - www.quechoisir.org - www.60millions-mag.com - www.cmaj.ca - www.wecf.eu

Mise à jour le Mercredi, 18 Décembre 2013 15:48