Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Bébé à la plage…

Bébé à la plage

La plage de sable fin, la mer turquoise, le soleil : vous attendez les grandes vacances avec impatience ! Mais comment faire avec bébé ? Si vous ne souhaitez pas que vos rêves tournent au cauchemar, quelques précautions s’imposent…

Soleil : ne prenez aucun risque !

Chez les enfants, les rayons ultra-violets (UV) et infrarouges sont particulièrement dangereux.

De plus le rayonnement direct peut être majoré par la réverbération de l’eau ou du sable : donc prudence, même sous un parasol !

Attention ! Si le ciel est voilé, s’il y a du vent, ou si vous êtes sur un bateau, vous risquez d’avoir une fausse impression de sécurité : le soleil “chauffe” moins, mais les rayons peuvent tout de même entraîner de graves problèmes.

Pour ne courir aucun risque : évitez le soleil entre 12 et 16 heures !

Une règle d’or : pas d’exposition pour les bébés de moins d’un an !

Jusqu’à 3 ans, la peau reste encore très fragile : donc pas de longues séances au soleil et protection indispensable !

Et n’oubliez pas, quel que soit l’âge de l’enfant, la peau et les yeux doivent être impérativement protégés en toutes circonstances…

La peau

Fine, claire et peu lubrifiée, la peau de bébé est fragile et très sensible aux agressions extérieures (soleil, froid, frottements…). Raison pour laquelle, au moindre rayon de soleil, c’est protection maximum : vêtements couvrants, chapeau, parasol, voire tente anti-UV.

Bébé grandit, il commence à profiter des joies de la plage : T-shirt et casquette sont toujours de rigueur ! Et choisissez une crème solaire très protectrice (indice supérieur à 30) : une application ! heure avant l’exposition, puis toutes les 2 heures, ainsi qu’après chaque baignade.

Pour les enfants plus âgés, jusqu’à la puberté, prudence aussi : les coups de soleil et les expositions répétées favorisent le développement de mélanomes (cancers de la peau) à l’âge adulte.

En fin de journée, hydratez bien les zones exposées avec une crème après-soleil pour peaux sensibles.

Et que faire en cas de coup de soleil ?

Si la peau est rouge, chaude et douloureuse : mettez de l’eau fraiche (mais pas trop froide !) sur toute la zone atteinte et appliquez régulièrement de la crème type Biafine. Bien sûr, pas d’exposition jusqu’à la guérison.

Attention : l’apparition de cloques, la survenue d’une fièvre ou du moindre malaise nécessitent un avis médical !

Les yeux

Insuffisamment développés, les yeux des enfants ne filtrent pas correctement les UV. Toutes les parties de l’oeil peuvent être atteintes, avec un risque de graves séquelles. Sans protection, l’enfant est exposé à des problèmes à court et à long terme. Certaines lésions sont réversibles : inflammation (conjonctivite) ou brûlures de la cornée (kératite).

D’autres complications peuvent être définitives : altération du cristallin ou de la rétine (entrainant une baisse de la vision, voire une cécité).

Et bien sûr, les paupières peuvent être rapidement le siège de graves coups de soleil.

Les lunettes de soleil permettent de prévenir ces risques, à condition de choisir le bon modèle…

Les montures doivent être adaptées au visage de l’enfant (pour ne pas glisser sur leur petit nez !), être résistantes aux chocs et bien protéger sur les côtés.

Les verres doivent porter la mention CE (norme européenne), être suffisamment filtrants (indice 3 ou 4) et incassables (pour éviter tout accident en cas de chute).

Si votre bébé ne supporte vraiment pas les lunettes, à défaut vous pouvez lui mettre une casquette à large visière ou un chapeau.

Attention ! N’achetez pas de lunettes “jouets” : les verres sont teintés (et donc la pupille se dilate) mais ne filtrent pas les UV auxquels l’oeil se retrouve encore plus exposé !

Chaleur : précautions maximales !

Attention à la déshydratation !

Les jeunes enfants (et les séniors…) y sont particulièrement sensibles.

Par forte chaleur il faut que les enfants boivent régulièrement et en plus grande quantité.

Un bon indicateur pour savoir si la quantité de boisson est suffisante : le pipi ! Si la couche est sèche, c’est que le bébé ne boit pas assez.

Attention ! La soif est déjà un signe de déshydratation, donc n’attendez pas que les enfants plus grands se manifestent pour leur donner de l’eau.

Evitez aussi de sortir aux heures les plus chaudes et, à l’intérieur, ventilateurs ou climatiseurs limitent les risques.


Le coup de chaleur

Il peut survenir si l’enfant reste longtemps dans un endroit surchauffé et mal aéré : par exemple, un landau trop fermé, une voiture, une chambre sous les combles ou une tente.

Les signes d’alerte sont la fièvre, la rougeur de la peau, sans sueur, et l’absence d’urine. L’aggravation peut être très rapide, notamment chez les tout-petits, pouvant conduire au coma et au décès.

Il faut impérativement appeler un médecin en urgence dès les premiers symptômes, ou composer le 15 (le 18 ou le 112) si l’état de l’enfant est inquiétant (pleurs, yeux cernés, sécheresse des lèvres et de la langue, pli cutané).

En attendant, installez l’enfant dans une pièce fraîche et bien aérée, déshabillez-le, rafraîchissez-le avec des serviettes humides et donnez-lui à boire par petites quantités.

Mais mieux vaut prévenir ce type d’accident : notamment, en recherchant l’ombre, en veillant à une bonne ventilation et en donnant régulièrement à boire. Pensez aussi à mettre un T-shirt mouillé et une casquette aux enfants qui jouent dehors par forte chaleur !

L’insolation

Elle peut apparaître lorsque la tête est directement et longuement exposée au soleil sans protection (chapeau, casquette, parasol…).

Attention : les risques existent en l’absence de canicule et même lors d’une baignade prolongée !

C’est un accident très fréquent chez les enfants.

Les signes d’alerte sont la fièvre, la peau blanche et moite, les maux de tête accompagnés parfois de vomissements.

En cas d'insolation, allongez l’enfant dans un endroit frais et ventilé, déshabillez-le, rafraîchissez-le avec des serviettes humides et donnez-lui à boire par petites quantités jusqu’à ce qu’il fasse pipi. Pour calmer les maux de tête le Paracétamol est le plus indiqué. Et n’hésitez pas à consulter un médecin au moindre doute !

Mer et piscine : bébé sous haute surveillance !

La noyade est la première cause de mortalité par accident chez les enfants de moins de 4 ans. Sans compter tous ceux qui peuvent garder des séquelles majeures…


20 centimètres d’eau et quelques secondes d’inattention suffisent pour que votre enfant se noie : au delà de 3 minutes le pronostic vital est engagé !

Prévention

Ne laissez jamais votre enfant sans surveillance sur la plage ou au bord d’une piscine !

Les systèmes de sécurité obligatoires pour les piscines limitent les risques, mais ne remplacent pas la vigilance des adultes !

Pensez aux brassards ou gilets gonflables (au normes CE) !

En mer, les enfants doivent toujours avoir pied, et accompagnez les plus petits lors des baignades (courtes pour éviter qu’ils ne se refroidissent !).

Dès que possible, les leçons de natation sont vivement conseillées !

Apprenez aussi aux plus grands à entrer progressivement dans l’eau, en se mouillant le cou, les bras et le torse. Ceci permet au corps de s’adapter à la température de l’eau et d’éviter une hydrocution (malaise avec risque de noyade).

En cas de noyade

Sortez l’enfant de l’eau, si vous êtes sur une plage surveillée, prévenez les secouristes, sinon appelez immédiatement le 15 (ou le 18, ou le 112) et suivez les consignes du médecin régulateur !

Un enfant réanimé correctement et rapidement a 5 fois plus de chances de se sortir indemne d’une noyade !


Si l'enfant ne respire plus :

Couchez-le sur le ventre, la tête sur le côté.

Appuyez plusieurs fois sur son thorax pour évacuer l'eau de l’estomac et des poumons.

Installez-le ensuite sur le dos.

Commencez le bouche-à-bouche, en pinçant le nez à chaque insufflation.

Si le coeur ne bat plus, pratiquez un massage cardiaque (15 compressions sur le sternum, alternées avec 2 insufflations en bouche-à-bouche, à répéter jusqu’à l’arrivée des secours).

Mais ces gestes de réanimation cardio-respiratoire ne s’improvisent pas : nous ne pouvons que vous conseiller de suivre une formation auprès de professionnels agréés (Croix-Rouge, Protection Civile, Pompiers).


Si l'enfant respire :

Couchez-le sur le côté en position latérale de sécurité (PLS).

Essuyez-le bien et couvrez-le pour le réchauffer.

Même si son état paraît satisfaisant, il devra être hospitalisé au moins 24 heures pour faire un bilan et le surveiller.

Insectes, méduses, oursins… : attention ça pique !

Les insectes

Les piqûres d’insectes (moustiques, guêpes, abeilles…) sont fréquentes en été.

Soyez notamment vigilante lors des repas pris à l’extérieur.

Dès que possible, apprenez à votre enfant à ne pas faire de grands gestes et à ne pas crier en présence d’un insecte.

Prenez garde à ce qu’il n’en avale pas un : ne laissez pas les bouteilles ouvertes et couvrez les verres de jus de fruit. Une piqûre dans la bouche ou à la gorge peut être dramatique !


S’il y a plusieurs piqûres et que votre enfant ne va pas bien (malaise, gêne pour respirer, éruption, vomissements…) : si vous êtes sur une plage surveillée, prévenez les secouristes, sinon appelez immédiatement le 15 (ou le 18, ou le 112) !

Mettez-le en position latérale de sécurité avant l’arrivée du médecin.

Il peut s’agir d’une réaction allergique grave (choc anaphylactique) potentiellement mortelle !


S’il n’y a qu’une piqûre et que votre enfant ne présente pas de signes inquiétants : pas de panique ! Mais faites les bons gestes tout en rassurant votre enfant : vérifiez qu’il n’y pas d’autres piqûres, retirez le dard s’il est encore dans la peau, désinfectez la zone, appliquez une compresse froide et donnez du paracétamol en cas de douleurs. Mais au moindre doute, prenez un avis médical !

De même, si votre enfant a des antécédents allergiques : prudence ! Il vaut mieux consulter, même en l’absence de signes de gravité immédiats.


Les méduses

Leur contact entraîne une éruption cutanée, avec une sensation de brûlure très douloureuse. Il n’y a généralement aucun caractère de gravité, sauf chez les personnes allergiques.

Eviter les baignades si la mer est infestée de méduses et ne touchez jamais celles qui sont mortes sur la plage !

En cas de lésion, rincez à l’eau de mer (pas avec de l’eau douce !), recouvrez de sable sans frotter et laissez sécher. Puis retirez le sable avec un carton rigide, rincez à nouveau et appliquez un antiseptique.

Après ces premiers soins, n’hésitez pas à consulter un médecin au moindre doute !


Les vives

Ce sont des poissons de mer qui se cachent sous le sable et dont la piqûre est très douloureuse, pouvant parfois provoquer un malaise.

Le venin étant détruit par la chaleur, il faut immédiatement plonger le pied dans de l’eau chaude (attention tout de même aux brûlures !), puis désinfecter la plaie et donner du paracétamol contre la douleur. Si des secouristes sont présents sur la plage, ils vous aideront. Ensuite, dans tous les cas, il faut consulter un médecin en urgence !

Pour éviter ce type d'accident, les sandalettes en plastique assurent une bonne protection : pensez-y !


Les oursins

Leurs épines ne sont pas venimeuses, mais elles peuvent entraîner un abcès lorsqu’elles restent enfoncées dans la peau.

Il faut donc les extraire rapidement avec une pince à épiler et désinfecter la plaie. Chez les enfants, il vaut mieux qu’un médecin le fasse sous anesthésie locale et des antibiotiques seront éventuellement prescrits.

Attention donc aux baignades et aux promenades près des rochers : le port de sandalettes en plastique est hautement recommandé !

Même sur une belle plage de sable fin, cette précaution n’est pas inutile : les petits pieds fragiles de vos bambins peuvent facilement se blesser avec des coquillages, des morceaux de verres ou autres détritus, voire se brûler si le sable est très chaud. Reste à les convaincre de porter cet accessoire un peu “rétro” !

Quelques conseils supplémentaires…

Pour les nouveaux-nés, naturellement plus fragiles, la plage n’est pas vraiment idéale.


C’est vers l’âge de 18 mois que le bébé pourra commencer à en profiter, à condition, bien sûr, de prendre toutes les précautions indispensables.


Dans tous les cas, vérifiez la qualité sanitaire de la plage : en France, les informations sont communiquées et affichées par la Mairie. Vous pouvez aussi vous renseigner sur Internet : par exemple, le site “http://baignades.sante.gouv.fr” (sur lequel sont répertoriées toutes les plages françaises) et le site “www.blueflag.org” (qui recense environ 3500 plages ayant reçu un label de haute qualité environnementale, dans une cinquantaine de pays).


Choisissez une plage surveillée par des secouristes qui pourront intervenir au moindre incident : inutile de vous stresser pendant les vacances ! Et respecter la couleur des drapeaux !


Faites une check-list pour ne rien oublier (serviettes, parasol, crème, etc…), prévoyez suffisamment de boisson, et pour un pique-nique au bord de l’eau, attention à la conservation des aliments (glacière obligatoire !).


Evitez de laisser les enfants jouer tout nus sur la plage : le maillot assure une double protection. D’une part, il évite que le sable provoque des irritations sur le prépuce ou la vulve. D’autre part, il protège les fesses des coups de soleil, le plus souvent très douloureux. Et en rentrant de la plage, une bonne douche s’impose !


Et si vous êtes adepte des balades en bateau, les mesures de sécurité doivent être impérativement respectées, a fortiori avec des enfants ! Sans parler des risques liés au soleil qui peuvent être accrus en pleine mer.


Malgré un maximum de précautions, un problème de santé peut survenir pendant votre séjour. Renseignez-vous sur les services médicaux disponibles sur place (médecins, hôpital, clinique…) et programmez les N° de téléphone sur votre portable : en cas d’urgence, vous ne paniquerez pas en cherchant les coordonnées !


Le grand jour est arrivé ! Maillots, T-shirts, chapeaux, accessoires, joujoux, trousse à pharmacie et produits divers sont bien rangés dans la valise de bébé : mais n’oubliez pas son doudou…et son carnet de santé !

D’une manière générale, si vous avez un projet de vacances avec bébé parlez-en à votre médecin ! En fonction de l’âge de votre enfant, il vous indiquera éventuellement les destinations à éviter et vous donnera tous les conseils pratiques pour passer un séjour en toute sérénité. !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.inpes.sante.fr - www.soleil.info - www.sfpediatrie.com - !www.ipad.asso.fr - www.croix-rouge.fr - www.urgence-pratique.com

Mise à jour le Samedi, 09 Juillet 2011 11:02
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…