Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Quand les sens de bébé s’éveillent : le goût…

Le goût

Le goût et l’odorat se mettent en place très tôt pendant la grossesse, et le nouveau-né est déjà un gastronome en herbe ! Chez la femme enceinte et la maman qui allaite, une alimentation variée est non seulement garante d’une bonne santé, mais permet aussi d’initier très tôt bébé aux multiples saveurs qui enchantent nos papilles…

Dans le ventre de sa maman, bébé distingue déjà certaines saveurs !

Les papilles gustatives de la langue se développent et deviennent opérationnelles entre la 7ème et 15ème semaine de grossesse.


A partir du 6ème mois, en avalant et inhalant de plus en plus de liquide amniotique, le foetus s’initie à la dégustation !


Sa préférence pour le sucré et son dégoût pour l’amertume se manifestent par des changements de succion, de salivation et d’expressions du visage, visibles à l’échographie.


Sa sensibilité aux saveurs salées ou acides est aussi présente, mais ne déclenche pas des réactions aussi nettes.


Une alimentation variée pendant la grossesse permettra au foetus d’enrichir ses expériences gustatives.


Et après sa naissance, bébé se souviendra de toutes les saveurs découvertes dans le ventre de sa maman…

Dès la naissance, le goût et l’odorat fonctionnent bien !

Le nouveau-né sait immédiatement apprécier les saveurs et les odeurs.


Lorsqu’il est allaité, il continue à se familiariser avec de nouveaux goûts issus de l’alimentation de sa maman et qui passent dans le lait.


Les bébés nourris au sein acceptent ensuite une plus large variété d’aliments que ceux nourris au biberon.


De manière innée, les nourrissons recherchent le gras et le sucré qui stimule la succion, leur procure un sentiment de bien-être : cette attirance naturelle leur permet de consommer avec plaisir ce qui est bon pour eux, comme le lait de maman ! Mais ils évitent l’amer ou l’acide : les risques d’ingestion de produits toxiques sont ainsi plus limités (mais prudence tout de même !).


Lors de la diversification alimentaire, autour de 6 mois, bébé va développer ses goûts : ses mimiques vous indiqueront immédiatement ses préférences !


Jusqu’à 18 mois environ, il acceptera assez facilement de goûter tous les aliments qu’on lui propose : profitez-en pour lui faire découvrir de nouvelles saveurs !


Vers 2 ans, généralement ça se complique ! Votre chérubin entrera alors dans sa période du “non” : c’est ce que l’on appelle la néophobie alimentaire. Ce refus de certains aliments ou assaisonnements va se manifester plus ou moins “énergiquement” pendant quelques années, puis se calmera progressivement.


Les spécialistes estiment que les préférences alimentaires installées dans la petite enfance persistent en grande partie jusqu’à 20 ans !

Eduquez le goût de votre bébé !

La diversification alimentaire est l’occasion de l’initier à une grande variété de saveurs…


Prenez vos repas en famille, aussi souvent que possible : bébé pourra observer les adultes se régalant avec tel ou tel aliment qu’il ne connaît pas encore et lui donner envie de le goûter.


Apprenez-lui régulièrement les mots pour décrire ce qu’il est en train de manger : par exemple, c’est sucré, ça pique, ça brûle, c’est fort…


Quand vous cuisinez, faites-le participer : profitez-en notamment pour lui faire découvrir les différents aliments, aromates et condiments.


Soignez la présentation des repas : des aliments de formes et de couleurs variées stimulent l’appétit des enfants !


Evitez de “marchander” avec la nourriture : par exemple, ne lui promettez pas un bonbon s’il finit son assiette d’endives ! Vous lui donneriez la preuve que les endives n’ont pas bon goût !


Et avec le temps, en fonction des réactions et des progrès de bébé, vous trouverez de nouvelles idées et des jeux pour éduquer non seulement son goût, mais aussi ses autres sens…


Et si bébé fait la grimace devant un nouvel aliment, ne vous arrêtez pas au premier refus ! Soyez persévérante : l’objectif étant qu’il goûte au moins une fois pour qu’il puisse se faire une opinion…

Déguster mobilise tous les sens !

Depuis le XIXème siècle, il est établi que notre système gustatif distingue quatre saveurs fondamentales : le sucré, le salé, l'acide et l'amer.


De nos jours, on y ajoute l’umami : une saveur particulière, associée au glutamate de sodium utilisé dans la cuisine japonaise.


Cependant, nombre de scientifiques estiment que cette classification est beaucoup trop simpliste : il n'y aurait pas de récepteur spécifique à chaque saveur, mais diverses combinaisons participeraient à la perception gustative.


Et s’il existe une infinité de saveurs, la langue française, malgré sa richesse, n’a pas suffisamment de mots pour les décrire précisément !


Par ailleurs, lors de la dégustation d’un aliment, nos papilles gustatives ne fonctionnent pas isolément : le goût s’intègre en réalité dans un ensemble de sensations...


La langue nous permet non seulement de percevoir les saveurs, mais aussi de ressentir le pétillant, le piquant, le frais, le chaud, ou bien encore d’apprécier la texture d’un aliment.


L’odorat intervient avant la dégustation, et aussi une fois la nourriture dans la bouche.


La simple vue d’un gâteau ou d’un bon petit plat peut nous faire saliver instantanément.


Tout en la mangeant, nous écoutons volontiers la pomme qui craque sous la dent ou la galette qui croustille.


Sans oublier que le toucher intervient aussi, permettant d'évaluer la consistance d’un aliment.


Moment privilégié s’il en est, le repas donnera à bébé l’occasion de mettre en éveil tous ses sens !

Nos cellules gustatives fonctionnant très précocement, la grossesse et l’allaitement constituent des périodes clefs dans le développement du goût. Mais celui-ci s’éduque ensuite pendant l’enfance, subit les influences culturelles et s’affine au fil du temps. Sans oublier que découvrir de nouvelles saveurs procure du plaisir tout au long de la vie…



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.sfpediatrie.com - www.med.univ-montp1.fr - www.upmf-grenoble.fr - www.chups.jussieu.fr - www2.cnrs.fr - www.inra.fr - www.aap.org

Mise à jour le Vendredi, 13 Avril 2012 11:59