Je me connecte




Mot de passe oublié ?

L’intolérance au gluten

L'intolérance au gluten

L'intolérance au gluten, dénommée aussi “maladie coeliaque”, est une affection digestive fréquente. En France, environ 500 000 personnes en souffriraient, mais seulement 10 à 20% des cas seraient diagnostiqués ! A ce jour, le seul traitement est la suppression du gluten de l’alimentation. Une solution efficace, mais très contraignante…

Qu’est-ce que le gluten ?

Le gluten est une protéine qui se trouve dans les farines des céréales (blé, seigle, orge et avoine), et par conséquent dans de nombreux aliments industriels.


Chez un individu sain, le gluten est absorbé comme tous les autres nutriments, au niveau de la paroi intestinale, avant de rejoindre la circulation sanguine.

Que se passe-t-il en cas d’intolérance au gluten ?

Lorsqu’une personne est intolérante à cette protéine, son organisme déclenche une série de réactions qui vont endommager la paroi de l’intestin.


Ce qui a pour conséquence une mauvaise absorption des nutriments contenus dans la nourriture : notamment le fer, le calcium et l’acide folique (vitamine B9).


Les nutriments sont donc éliminés dans les selles, quelques heures après avoir été ingérés. Ce phénomène explique les principaux symptômes de la maladie…

Les signes d’alerte !

Chez le nourrisson…

L'attention est le plus souvent attirée par une diarrhée chronique.


A ces troubles digestifs s’associent généralement un manque d’appétit et une grande fatigue.


Bébé est parfois plus triste ou grognon que d’habitude.


Son ventre peut être ballonné et ses membres particulièrement maigres.


Lorsque le diagnostic n’est pas fait rapidement, il existe un ralentissement de la croissance (poids et taille).

Chez l'enfant plus grand…

Les symptômes sont parfois moins évidents à repérer que chez le nourrisson.


Et la maladie peut se limiter, par exemple, à une taille inférieure à la normale, un retard de la puberté, des douleurs articulaires, une anémie ou des anomalies dentaires.

Chez l'adulte…

Une diarrhée chronique, associée à un amaigrissement important, doit faire penser à une “maladie coeliaque”.


Mais parfois, un seul signe existe : par exemple, une anémie ou une ostéoporose.


Ou bien l’intolérance au gluten se manifeste de façon atypique : crampes musculaires, règles irrégulières, fausses couches à répétition, etc…

Comment faire le diagnostic ?

Une prise de sang permet de rechercher la présence d’anticorps spécifiques dirigés contre l’un des composés du gluten : la gliadine.


Si cet examen est positif, une endoscopie est pratiquée pour réaliser des biopsies, au niveau de l’intestin, qui permettront de confirmer ou d’infirmer la “maladie coeliaque”.


Quand il existe une forte suspicion d’intolérance au gluten, les biopsies seront réalisées même si la recherche d’anticorps est négative.


La rémission des symptômes après la mise au régime est le troisième critère permettant de poser le diagnostic.

Un seul traitement : le régime sans gluten à vie !

A ce jour, il n’existe aucun traitement médicamenteux.


La seule solution efficace pour supprimer les symptômes de la maladie : un régime sans gluten, strict et à vie.


Supprimer le gluten des repas de votre enfant n’est pas une mince affaire !


Lisez bien l’étiquette !


Recherchez systématiquement une mention du style : “Contient des traces de gluten”.


D’une manière générale, sont interdits : le pain, les céréales du petit déjeuner, les plats préparés industriels, les pâtes, la panure, la chapelure, les biscuits, les gâteaux, la semoule, les glaces, les laits au chocolat, les fromages fondus, les sauces, les yaourts parfumés, les crèmes, et plus généralement tous les produits à base de blé, de seigle, d’orge et d’avoine.


Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive. Au moindre doute, n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin ou de l’Association Française Des Intolérants Au Gluten (www.afdiag.fr)


Heureusement, il existe de nombreux aliments naturellement sans gluten : notamment, les viandes, les poissons (non panés, bien sûr !), les légumes frais et secs, les fruits, les oeufs, le lait, le maïs ou le riz.


Par ailleurs, depuis plusieurs années, les industriels proposent un large choix de produits garantis “sans gluten” : farines, biscuits, pâtes, etc…


Sur l’étiquette, un épi de blé barré dans un cercle signifie que le produit ne contient pas de gluten.


Ne soyez pas étonnée, le prix peut atteindre le double ou le quadruple de celui d’un produit ordinaire !


Mais sachez qu’il existe une prise en charge partielle de vos dépenses par l’Assurance Maladie.


Pour limiter les risques d’erreur, réservez dans la cuisine un placard pour les produits sans gluten et ne mélangez pas les ustensiles.


A la maison, l’habitude aidant, le respect d’un régime strict n’est donc pas mission impossible…


Par contre, cela s’avère plus problématique lorsqu’il est nécessaire de prendre des repas en collectivités (crèche, cantine, restaurant, etc… ).


Si votre enfant est allergique au gluten, adressez-vous à l’établissement qu’il fréquente pour mettre en place un Projet d’Accueil Individualisé (PAI).


Et si bébé mange du gluten par erreur ? Pas de panique ! Ses jours ne seront pas en danger, mais il aura une bonne diarrhée…


Soyez donc vigilante dès que vous commencerez à diversifier l’alimentation de votre bébé ! S’il présente notamment des troubles digestifs, s’il mange moins ou semble fatigué, consultez votre médecin sans tarder !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.snfge.org - www.med.univ-montp1.fr - www.afdiag.fr - www.fmoq.org - www.naspghan.org

Mise à jour le Mardi, 21 Février 2012 09:34