Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Vitamines, oligo-éléments et sels minéraux : quels besoins ?

vitamines-bebe

Le lait maternel ou les préparations pour nourrissons, dans les premiers mois, puis l’introduction progressive d’une alimentation équilibrée, apportent l’essentiel des nutriments indispensables au bon développement de votre bébé. Cependant, quelques exceptions existent, pour lesquelles des suppléments médicamenteux sont nécessaires…

La vitamine K…

Les nouveaux-nés sont particulièrement exposés à la survenue d’hémorragies, car ils ne synthétisent pas suffisamment les facteurs nécessaires à la coagulation du sang. Un traitement par de la vitamine K, dès la naissance, permet de prévenir ce risque.
La première administration a lieu juste après l’accouchement et la deuxième doit se faire entre le 2ème et le 7ème jour.
En cas d’allaitement maternel exclusif, il est nécessaire de donner une dose par voie orale chaque semaine.
Si vous nourrissez votre bébé au biberon avec du lait infantile, ce traitement n’est pas utile car les préparations sont enrichies en vitamine K.

La vitamine D…

Le calcium, apporté par l’alimentation, entraine la minéralisation des os et participe à leur croissance. Pendant les 6 premiers mois, le lait maternel ou les préparations “premier âge” couvrent les besoins. Ensuite, tout au long de la période de diversification alimentaire (jusqu’à l’âge de trois ans), au moins 500 ml de lait par jour sont nécessaires. Ultérieurement, la consommation journalière de produits laitiers et d’autres aliments riches en calcium reste impérative. Mais la prescription de calcium, sous forme médicamenteuse, ne se justifie que dans quelques cas bien spécifiques.

 

La vitamine D est indispensable à la fixation du calcium sur les os : l’organisme des jeunes enfants n’en synthétisant pas suffisamment, un apport complémentaire est nécessaire pour prévenir le rachitisme. Le lait maternel et les préparations pour biberon contiennent de la vitamine D, mais en quantité trop faible. Un traitement de vitamine D, sur prescription médicale, est donc nécessaire pour tous les enfants, de la naissance jusqu’à environ 2 ans. Ensuite, il est conseillé de le poursuivre, en période hivernale, pour les enfants à risques (non exposition au soleil, peau pigmentée, faible consommation de poissons gras ou d’aliments enrichis en vitamine D).

Le fluor…

Constituant essentiel des dents, le fluor joue un rôle majeur dans la prévention des caries : un apport complémentaire est nécessaire, mais en respectant des règles précises.
L'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) recommande de ne pas donner de fluor aux enfants avant 6 mois.
Passé cet âge, qui correspond à la poussée des premières dents, l’apport de fluor dépend de l’évaluation du risque de carie.
Si le médecin qui suit l’enfant estime que les risques sont élevés, il prescrira du fluor sous forme de gouttes buvables ou d’applications locales.
Pour les enfants présentant peu de risques, un brossage régulier avec un dentifrice fluoré, adapté à l’âge de l’enfant, est suffisant.
Attention : avant le démarrage d’un traitement, le médecin ou le dentiste doivent réaliser un bilan des apports journaliers en fluor (eau du robinet, eau en bouteille, sel…) pour éviter un surdosage et l’apparition d’une fluorose (tâches blanches sur les dents).

Les autres nutriments…

Les besoins en fer sont importants chez les enfants jusqu’à l’âge de 3 ans. Un déficit, souvent d’origine nutritionnelle, entraine une anémie (diminution des globules rouges ou de l’hémoglobine). Certains enfants présentent un risque plus élevé : par exemple, en cas de prématurité, de gémellité, de grossesses rapprochées…
L’allaitement maternel ou les préparations infantiles enrichies en fer (adaptées à l’âge de l’enfant) permettent généralement de fournir les apports nécessaires. Attention : l’utilisation d’un lait non enrichi, comme le lait de vache, expose par contre à un risque de déficit en fer qui ne peut être compensé par d’autres aliments !

 

Un régime alimentaire déséquilibré ou quelques pathologies très spécifiques peuvent entrainer des déficits en sels minéraux (zinc, magnésium…) ou vitamines (notamment celles du groupe B) : seuls ces cas particuliers imposent une complémentation, sur prescription médicale uniquement.

Attention : respectez avant tout les règles diététiques adaptées à chaque âge de votre enfant et ne faites pas d’automédication avec des compléments alimentaires ! Suivez les conseils de votre médecin qui prescrira, si nécessaire, des vitamines ou sels minéraux supplémentaires.

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.inpes.sante.fr - www.afssaps.fr - www.lllfrance.org - www.eurreca.org - www.sfpediatrie.com

Mise à jour le Vendredi, 17 Décembre 2010 13:48
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…