Je me connecte




Mot de passe oublié ?

La rééducation périnéale…

La rééducation périnéale

Les bouleversements hormonaux de la grossesse entraînent un relâchement des muscles et les ligaments, et l'accouchement distend la région du périnée. Ce qui peut avoir des conséquences très invalidantes, notamment sur le plan urinaire. Raison pour laquelle les séances de rééducation sont vivement conseillées pour que le périnée retrouve sa tonicité initiale.

Le périnée : un rôle essentiel !

Le périnée est un ensemble de muscles, de ligaments et de membranes qui forment une sorte de “hamac” soutenant les organes du bassin (le vagin, la vessie et le rectum). Les muscles sont tendus entre les os de la région : le pubis en avant et le sacrum (partie terminale de la colonne vertébrale) en arrière.


Son rôle est donc essentiel : il maintient les organes en bonne position, il permet de contrôler l’émission des urines et le fonctionnement de l’anus, et il intervient lors des rapports sexuels.


Il peut se trouver fragilisé dans diverses circonstances (intervention chirurgicale, surpoids, vieillissement…), mais notamment pendant la grossesse et lors de l’accouchement.

La grossesse : une rude épreuve pour le périnée !

En raison des profondes modifications hormonales, tous les muscles et ligaments du corps subissent un relâchement pendant la grossesse (ce qui favorise par exemple les douleurs de dos ou les entorses) et le périnée n’y échappe pas !


Par ailleurs, l’expulsion de bébé à l’accouchement entraîne nécessairement une forte distension du périnée.


A court et moyen terme, une faible tonicité du périnée peut avoir des conséquences particulièrement invalidantes au quotidien…


L’incontinence urinaire touche plus de 10% des jeunes mamans, même après une césarienne.

Elle se manifeste par de petites fuites d’urines, notamment lors d’un effort d’une toux, d’un éternuement, du port de charges lourdes ou d’un fou rire.

Elle cède parfois spontanément, mais des séances de rééducation périnéale sont généralement nécessaires pour y remédier.


Une incontinence anale, surtout pour les gaz, peut aussi survenir.


En cas de relâchement important, le risque est le prolapsus, appelé couramment “descente d’organe” : par exemple, le rectum s’affaisse et descend au-delà de l’anus.


Une baisse du plaisir lors des rapports sexuels peut aussi s’observer, parfois aggravée par une incontinence urinaire associée.

La rééducation périnéale : hautement recommandée !

Elle permet de redonner aux muscles du périnée leur tonicité et leur capacité contractile. Les séances (10 ou plus si nécessaire) sont prescrites lors de la consultation post-natale, 6 à 8 semaines après l’accouchement.


Elles sont prises en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.


La rééducation peut être réalisée par une sage-femme ou un kinésithérapeute.


La première séance permet de faire un bilan, notamment un examen du périnée, à partir duquel sera choisie la méthode la plus adaptée à votre cas…


La rééducation manuelle consiste à faire un toucher vaginal et indiquer par des pressions légères sur quel muscle orienter la contraction : cela permet ainsi de diriger les efforts vers les muscles qui ont le plus besoin d'être renforcés.


La rééducation peut se faire aussi par l’intermédiaire d’une sonde introduite dans le vagin et reliée à un appareil de contrôle, permettant d’utiliser deux techniques différentes.

Soit l’électrostimulation : la sonde envoie une stimulation électrique sur les muscles du périnée, pour les faire se contracter à un rythme et une intensité de plus en plus élevés au fil des séances.

Soit le biofeedback : la patiente doit serrer la sonde en contractant ses muscles de plus en plus fort, et de plus en plus longtemps, avec suivi des progrès sur l’écran de contrôle.


Au bout de quelques séances, vous serez invitée à réaliser chez vous des exercices quotidiens : une vingtaine de contractions du périnée matin et soir.

La sage-femme ou le kinésithérapeute vous expliqueront comment procéder pour un maximum d’efficacité : suivez leurs indications à la lettre et soyez persévérante !

La rééducation abdominale : après celle du périnée !

Très souvent, les muscles abdominaux sont aussi relâchés et plus faibles après l’accouchement.


Si nécessaire, votre médecin vous prescrira des séances de kinésithérapie pour les renforcer.


Mais attention : la rééducation périnéale, si elle est nécessaire, doit toujours précéder celle de l’abdomen.

Ne commencez pas les séances de rééducation abdominale avant le contrôle de votre périnée par un médecin ou une sage-femme !

Cet examen permettra de déterminer s’il est suffisamment tonique pour contrer la pression entraînée par la rééducation abdominale.

Dans le cas où votre périnée ne serait pas prêt, la rééducation abdominale pourrait lui être préjudiciable !

Même si vous vous sentez en pleine forme, n’oubliez pas la consultation post-natale dans les deux mois qui suivent l’accouchement ! C’est l’occasion pour faire le point sur votre état de santé, et vous prescrire notamment les séances de rééducation périnéale qui vous éviteront des problèmes ultérieurs. D’une manière générale, pour vivre le mieux possible la période suivant la naissance de bébé, suivez les conseils de votre médecin traitant et de votre sage-femme !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.has-sante.fr - www.cngof.asso.fr - www-ulpmed.u-strasbg.fr - www.uvmaf.org - www.ameli.fr

Mise à jour le Mercredi, 21 Mars 2012 16:55