Je me connecte




Mot de passe oublié ?

La rubéole

rubeole

La rubéole est une infection virale contagieuse, provoquant de la fièvre et une éruption cutanée. Habituellement bénigne chez l’enfant, cette maladie peut être grave chez la femme enceinte non immunisée, car elle expose aux risques de malformations du foetus. D’où l’importance de vacciner les enfants dès la première année !

La transmission…

La rubéole est due à un virus qui se transmet par contact direct (mains souillées, objets contaminés…), par la salive ou par voie respiratoire.

 

Entre le moment où le virus pénètre dans l'organisme et le début des premiers signes, il s'écoule environ 3 semaines (période d'incubation).

 

La contagiosité est maximale environ 5 jours avant et 5 jours après l'apparition de l'éruption cutanée.

 

La rubéole touche surtout les enfants, mais elle peut survenir à n'importe quel âge, chez les personnes non vaccinées ou n'ayant jamais eu la maladie.

 

Chez la femme enceinte, la transmission du virus de la rubéole au foetus se fait à travers le placenta.

Les signes…

Pendant 1 à 5 jours, il peut exister quelques signes non spécifiques : fièvre modérée, maux de tête, pharyngite, conjonctivite ou courbatures.

 

Mais parfois l'éruption cutanée est le premier symptôme de la maladie.

 

Elle commence sur le front et le visage, puis descend sur le tronc et les fesses en quelques heures. Elle est discrète sur les membres et ne touche pas le cuir chevelu.

 

Ce sont de petites taches roses, plus claires que celles de la rougeole, qui peuvent se rassembler et colorer toute une zone.

 

Une augmentation de la taille des ganglions, derrière les oreilles et dans la région du cou, apparait généralement en même temps.

 

L'éruption s'efface spontanément en 2 à 5 jours environ.

 

Attention ! Près d'une fois sur deux, il n'y a pas d'éruption cutanée, mais la personne est contagieuse, exposant les femmes enceintes non immunisées à un risque majeur. Donc faire vacciner votre bébé, c'est aussi protéger les autres !

Les complications…

Une inflammation des articulations survient dans de rares cas, et les méningites sont exceptionnelles.

 

Les seuls risques importants concernent la femme enceinte non immunisée (c'est à dire non vaccinée ou qui n'a jamais contracté la maladie), car elle peut transmettre le virus au foetus à travers le placenta.

 

Dans ce cas il se développe une "rubéole congénitale" exposant le bébé à de graves problèmes : retard de croissance, malformations cardiaques, retard de développement du cerveau, paralysie des membres, surdité, atteintes oculaires ou maladies endocriniennes.

 

L'atteinte du foetus est d'autant plus sévère qu'elle survient tôt dans la grossesse. Les risques sont très élevés quand la rubéole est contractée avant la 18ème semaine d'aménorrhée, mais ensuite ils semblent quasiment nuls.

 

Raison pour laquelle la femme enceinte fait l'objet d'une surveillance médicale particulière. Dès la première consultation, le médecin vérifie systématiquement si la future maman est immunisée contre la rubéole, grâce à une prise de sang. Si le résultat est positif, il n'y aucun risque. Dans le cas contraire, des précautions et des contrôles sanguins sont nécessaires tout au long de la grossesse.

Le traitement…

Il n'existe pas de traitement spécifique de la rubéole, mais les mesures d'hygiène sont indispensables.

 

Des dispositions simples doivent être mises en oeuvre et poursuivies tant que dure la fièvre, pour éviter que celle-ci n'augmente de façon excessive...

 

Ne couvrez pas trop bébé !

 

Donnez-lui à boire fréquemment !

 

Ne chauffez pas trop sa chambre (19 à 21°C suffisent) !

 

Faites dormir votre enfant sur le dos, car la face antérieure du thorax est une zone où la perte thermique est importante.

 

Attention ! Il n'est plus conseillé de donner systématiquement un bain tiède (2°C en dessous de la température du corps) pour faire baisser la fièvre. Ceci risque d'augmenter l'inconfort du bébé, à moins qu'il n'aime vraiment ça, auquel cas il ne faut pas l'en priver pendant quelques minutes.

 

Les poches de glace et les enveloppements humides ne sont pas recommandés non plus.

 

Si la fièvre est très élevée et mal supportée, il est possible d'utiliser du paracétamol (si votre bébé n'y est pas allergique, et en respectant la dose adaptée à son poids).

 

Pour limiter la propagation du virus, adoptez les bons réflexes :

 

  • Lavez-vous les mains avant et après chaque contact avec le petit malade.
  • Veillez à ce que biberons, gobelets, cuillères et autres ustensiles ne passent pas entre toutes les bouches de la famille.
  • Evitez d'embrasser votre enfant, et passez la consigne à l'entourage.
  • Apprenez à votre enfant, lorsqu'il tousse ou éternue, à se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable.

 

L'isolement est aussi indispensable : l'enfant ne doit pas fréquenter la garderie, la crèche ou l'école, jusqu'à la guérison complète (environ une semaine après les premiers signes).

 

Vous devez aussi informer la crèche, la garderie ou l'école, ainsi que votre lieu de travail, pour que des mesures soient prises vis à vis des femmes enceintes.

 

Lorsqu'une femme enceinte non immunisée contracte la rubéole, son médecin doit l'adresser à un service spécialisé pour que lui soit proposée une prise en charge adaptée. Si la maladie se développe dans les quatre premiers mois, l'interruption médicale de grossesse sera discutée au cas par cas et proposée aux parents.

 

Dans tous les cas, suivez à la lettre les conseils et les prescriptions de votre médecin !

La prévention…

Elle repose avant tout sur la vaccination qui est efficace et sans danger.


La première dose de vaccin trivalent (protégeant contre la rougeole, la rubéole et les oreillons) doit être administrée chez le bébé à 12 mois (ou dès 9 mois s'il est gardé en collectivités).

 

Un rappel s'effectue ensuite entre 13 et 24 mois (ou entre 12 et 15 mois si la première dose a été délivrée à 9 mois).

 

Un rattrapage vaccinal des jeunes adultes nés depuis 1980, avec deux doses de vaccin trivalent, est préconisé.

 

La Haute Autorité de Santé recommande aussi que la vaccination soit proposée, après l'accouchement et avant la sortie de la maternité, à toute femme non immunisée. Ceci permet d'éviter les risques lors d'une grossesse ultérieure.

 

La consultation préconceptionnelle est le moment optimal pour déterminer si la future maman est protégée ou non. Quand il n'existe pas de preuve formelle de l'immunité (carnet de vaccination), le médecin prescrit une prise de sang de contrôle et administre le vaccin si nécessaire (mais une grossesse devra être évitée durant les deux mois suivant l'injection !).

 

La vaccination en cours de grossesse est contre-indiquée en raison du risque théorique pour le foetus.

 

Le vaccin est pris en charge à 100 % par l'Assurance Maladie jusqu'à l'âge de 17 ans inclus, et à 65 % au-delà.

 

Par ailleurs, nous avons déjà évoqué les mesures d'hygiène et d'isolement à respecter, ainsi que la surveillance spécifique des femmes enceintes.

En France, la recommandation de la vaccination par le ROR a entrainé une diminution importante des cas de rubéole. Mais le pourcentage de personnes vaccinées reste encore insuffisant : chaque année, la maladie entraîne de graves malformations du foetus chez les femmes enceintes non immunisées. Or seule la vaccination assure une protection efficace et permet de stopper la diffusion du virus. Alors pensez à vérifier le carnet de santé !

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.uvp5.univ-paris5.fr - www.infectiologie.com - www.urgencehsj.ca - www.has-sante.fr

Mise à jour le Jeudi, 05 Mai 2011 08:43
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…