Je me connecte




Mot de passe oublié ?

La varicelle

La varicelle

Se manifestant par des petits "boutons" qui démangent, la varicelle est une infection virale très contagieuse et courante chez les enfants. Le plus souvent bénigne, elle peut entraîner parfois de graves complications.

La transmission...

La varicelle est due au virus varicelle-zona (VZV) qui appartient au groupe des herpèsvirus, et se transmet par voie respiratoire (inhalation de gouttelettes de salive émises par le malade) ou par contact direct avec les lésions cutanées.

 

Elle touche surtout chez les enfants entre 2 et 10 ans, mais peut survenir à tout âge.

 

La contagiosité commence dans les 48 heures précédant l'éruption et se termine quand les vésicules forment une croûte (après environ une semaine).

 

Elle sévit plutôt de façon épidémique, à la fin de l'hiver et au début du printemps.

Les signes...

Entre le moment où le virus de la varicelle pénètre dans l'organisme et le début des premiers signes, il s'écoule environ une quinzaine de jours (période d'incubation).

 

Pendant 24 à 48 heures une fièvre modérée (38° C) et des maux de tête peuvent précéder l'éruption, mais souvent celle-ci est le premier symptôme de la maladie.

 

Cette éruption s'accompagne de fortes démangeaisons.

 

Son aspect est très caractéristique : il s'agit de petites rougeurs, légèrement surélevées, sur lesquelles apparaissent des vésicules, de 3 à 4 mm de diamètre, remplies d'un liquide clair.

 

L'éruption peut se réduire à quelques vésicules isolées, ou évoluer en 2 à 3 poussées, à quelques jours d'intervalle, pour couvrir tout le corps (y compris le cuir chevelu et la bouche).

 

Dès le 2ème jour, le liquide se trouble, puis les vésicules sèchent et forment une croûte brunâtre.

 

Au 6ème jour environ, la croûte tombe et laisse la place à une tache rosée qui disparaît sans laisser de cicatrice, sauf en cas de grattage.

 

En l'absence de complication, la guérison est obtenue en 10 à 12 jours environ.

Les complications...

La varicelle est le plus souvent bénigne, mais elle peut entraîner des complications, parfois graves, et certains sujets y sont plus sensibles.

 

Certains signes doivent vous alerter, de façon à consulter un médecin sans tarder !

Si la fièvre est très élevée et si les vésicules se remplissent de sang, il s'agit d'une varicelle grave, pouvant atteindre de nombreux organes (poumon, foie, cerveau…).

Si les vésicules se creusent et se remplissent de pus, il existe une surinfection bactérienne, à traiter d'urgence pour éviter son aggravation et sa dissémination. Si votre enfant tousse, une atteinte pulmonaire est à craindre.

Et si son comportement change (forte fièvre, troubles de l'équilibre, état confus), une atteinte neurologique (encéphalite) est possible, mais ceci est rare.

 

Les nourrissons et les sujets immunodéprimés sont particulièrement exposés aux complications : une surveillance médicale adaptée est indispensable !

 

Chez la femme enceinte, la varicelle est une éventualité rare, mais qui l'expose, ainsi que le foetus, à des risques spécifiques, nécessitant une prise en charge spécialisée de toute urgence !

Une atteinte pulmonaire grave (pneumopathie), parfois mortelle, peut se voir chez la future maman.

Si celle-ci contracte la varicelle avant la 20ème semaine d'aménorrhée (absence de règles), il existe un risque de malformations (surtout neurologiques) chez le foetus. Si la varicelle est contractée après la 20ème semaine d'aménorrhée, la survenue d'un zona chez le nouveau-né est possible.

Si la future maman est contaminée quelques jours avant l'accouchement, l'enfant présentera une varicelle néonatale de gravité variable.

 

Sachez enfin que les personnes ayant eu la varicelle dans leur enfance sont protégées contre cette maladie, mais le virus n'est pas complètement éliminé. Il reste logé silencieusement dans l'organisme, au niveau des ganglions nerveux. Il peut se réactiver plus tard (par exemple en cas de fatigue ou de baisse de l'immunité) et se manifester sous la forme d'un zona.

Le traitement...

Dans tous les cas, le médecin prescrit une solution antiseptique à appliquer sur les vésicules, ainsi qu'un antihistaminique en gouttes pour calmer les démangeaisons.

 

Un traitement antibiotique ne se justifie qu'en cas de surinfection bactérienne.

 

Un traitement antiviral s'impose dans les formes graves ou compliquées, et chez les sujets immunodéprimés.

 

Les cas les plus sévères nécessitent évidemment une hospitalisation.

 

Par ailleurs, des dispositions simples doivent être mises en oeuvre et poursuivies en cas de fièvre, pour éviter que celle-ci n'augmente de façon excessive...

Ne couvrez pas trop bébé !

Donnez-lui à boire fréquemment !

Ne chauffez pas trop sa chambre (19 à 21°C suffisent) !

Faites dormir votre enfant sur le dos, car la face antérieure du thorax est une zone où la perte thermique est importante.

 

Sachez-le ! Il n'est plus conseillé de donner systématiquement un bain tiède (2°C en dessous de la température du corps) pour faire baisser la fièvre. Ceci risque d'augmenter l'inconfort du bébé, à moins qu'il n'aime vraiment ça, auquel cas il ne faut pas l'en priver pendant quelques minutes.

Les poches de glace et les enveloppements humides ne sont pas recommandés non plus.

 

Attention ! Si la fièvre est élevée et mal supportée, seul le paracétamol peut être utilisé (si votre bébé n'y est pas allergique, et en respectant la dose adaptée à son poids).

L'aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (par exemple l'ibuprofène) sont interdits en cas de varicelle.

Les précautions...

Pour prévenir les surinfections, respectez quelques règles simples :

- Veillez à ce que les ongles de votre enfant soient coupés courts et brossés au savon.

- Ne mettez ni talc, ni pommade, ni crème sur les vésicules.

 

Pour éviter les cicatrices, votre enfant ne doit pas se gratter : les antihistaminiques traitent les démangeaisons et les ongles bien courts diminuent les risques de lésions, mais vous pouvez aussi lui mettre des gants pour la nuit.

 

Pour limiter la propagation du virus, adoptez les bons réflexes :

- Lavez-vous les mains avant et après chaque contact avec le petit malade.

- Veillez à ce que biberons, gobelets, cuillères et autres ustensiles ne passent pas entre toutes les bouches de la famille.

- Evitez d'embrasser votre enfant, et passez la consigne à l'entourage.

- Apprenez à votre enfant, lorsqu'il tousse ou éternue, à se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable.

 

Vous devez aussi informer la crèche, la garderie ou l'école, ainsi que votre lieu de travail, pour que des mesures soient prises vis à vis des personnes à risques (femmes enceintes, immunodéprimés...).

 

Votre enfant doit rester à la maison jusqu'à ce que la varicelle en soit au stade de croûtes.

 

La vaccination...

Il existe un vaccin qui peut être administré dès l'âge de 1 an.

 

A ce jour, les autorités sanitaires françaises ne recommandent pas de vacciner systématiquement tous les enfants.

 

La vaccination n'est actuellement indiquée que dans certaines situations particulières (notamment chez les sujets à risques n'ayant pas eu la varicelle, ainsi que les membres de l'entourage non immunisés).

Chaque année, la varicelle touche environ 700 000 personnes en France, et survient 9 fois sur 10 chez les moins de 14 ans. Difficile pour vos enfants d'y échapper ! Le plus souvent cette maladie ne pose pas de problèmes particuliers, mais soyez vigilante et respectez à la lettre les consignes de votre médecin...

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.uvp5.univ-paris5.fr - www.infectiologie.com - www.urgencehsj.ca

Mise à jour le Lundi, 23 Mai 2011 12:14
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…