Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Les diarrhées chez le nourrisson

diarrhees nourrisson

La cause la plus fréquente de la diarrhée est la gastroentérite, une affection certes banale, mais à ne pas prendre à la légère ! Elle peut entraîner rapidement une déshydratation, complication parfois dramatique, responsable d’une cinquantaine de décès chaque année en France. Quelques réflexes simples permettent d’éviter le pire…

La diarrhée en quelques mots…

On parle de diarrhée quand les selles sont plus molles, voire liquides, et plus fréquentes que d’habitude.


Touchant souvent l’enfant, notamment au cours des 3 premières années, la gastroentérite en est la cause N°1.


La diarrhée, symptôme principal, peut être accompagnée de vomissements et de fièvre. Dans la grande majorité des cas, la gastroentérite est due au “rotavirus”.


Plus rarement, d’autres virus, des bactéries (par exemple les salmonelles) ou des parasites (tænia, amibes…) en sont à l’origine.


La diarrhée peut être due aussi à une allergie, une intolérance alimentaire (lactose, gluten…), à une erreur diététique ou survenir après un traitement médicamenteux (antibiotiques).


Certaines infections (appendicite, otite, méningite…) s’accompagnent parfois d’une diarrhée, de même que des maladies touchant l’intestin.

Les signes d’alerte…

Demandez l’avis de votre médecin, dès l’apparition de la diarrhée, même si elle vous semble banale !


Il pourra confirmer le diagnostic (gastroentérite ou autre cause de diarrhée), apprécier l’état du bébé et vous donner toutes les consignes utiles.


Certains symptômes doivent vous alerter et vous amener à consulter en urgence :

  • Votre bébé “n’est pas comme d’habitude” : moins attentif, trop calme…
  • Ses yeux sont très cernés et il semble épuisé.
  • Ses selles sont très liquides et très abondantes, ou contiennent du sang.
  • Il vomit.
  • Il refuse de boire et de manger.
  • La fièvre est supérieure à 38°5.


Même en l’absence de ces symptômes, tout nourrisson de moins de 3 mois doit être examiné en urgence : la situation peut évoluer très rapidement !


Quel que soit l’âge de l’enfant, si les signes de gravité apparaissent secondairement, rappelez le médecin immédiatement, même s’il l’a déjà examiné quelques heures auparavant. Et si votre médecin n’est pas disponible, n’attendez pas et composez le 15 !


Attention aux aggravations rapides dans les premières heures !


Soyez notamment vigilante si la diarrhée commence en début de soirée : vous devez surveiller bébé toute la nuit et lui donner à boire régulièrement !

La réhydratation : à commencer immédiatement !

Dès l'apparition de la première selle liquide, vous devez donner au bébé du soluté de réhydratation orale (SRO), en respectant son mode d’utilisation !


Versez 1 sachet de SRO dans 200 ml d’eau et secouez.

Le mélange obtenu peut être conservé au réfrigérateur pendant 24 heures maximum.

N’ajoutez rien ! Ni jus de fruit, ni sirop, ni Coca-Cola !


Commencez par de petites quantités !

Notamment si votre enfant vomit, au départ donnez-lui une cuiller à café (5 ml) de solution fraîche, toutes les 2 à 5 minutes, pour vous assurer qu’il l’accepte bien.

Si c’est le cas, augmentez progressivement les doses, puis proposez–lui régulièrement au biberon tant que dure la diarrhée.


L’intensité de la réhydratation dépend du rythme des selles : plus elles sont importantes et fréquentes, plus bébé doit boire souvent.


L’administration de SRO doit être poursuivie jusqu’à ce que deux selles soit normales.


Attention ! Dans certains cas, une hospitalisation est nécessaire :

  • Si les vomissements ne permettent pas une réhydratation orale.
  • Si la déshydratation est sévère.
  • Si la diarrhée accompagne une infection grave (méningite, pyélonéphrite…).
  • Si le bébé est particulièrement fragile.
  • Si le contexte social ne permet pas d’assurer une surveillance du bébé.

L’alimentation : à reprendre dès la 4ème heure !

Le temps où on ne devait pas alimenter un enfant présentant une gastroentérite est révolu !

Après quelques heures de réhydratation stricte, réintroduire progressivement l’alimentation permet d’éviter une dénutrition qui pourrait prolonger la diarrhée.


Si vous allaitez, conservez vos habitudes et donnez du SRO à votre bébé entre les tétées.


Pour les nourrissons de moins de 3 mois nourris au lait artificiel, le médecin prescrira un substitut à base d’hydrolysat de protéines, à poursuivre pendant 3 à 4 semaines.


Si le bébé a plus de 3 mois, 4 heures après le début de la réhydratation, vous pourrez recommencer le lait artificiel habituel et donner du SRO entre les biberons.


Chez l’enfant plus grand, dont la nourriture est diversifiée, en plus du SRO privilégiez les aliments qu’il préfère ! Commencez éventuellement par une alimentation semi-liquide.


Rien n’est vraiment interdit, mais limitez les fibres, les crudités, les agrumes et les jus de fruits. Quant au riz, il peut être consommé à volonté !

Les autres traitements…

Hormis le paracétamol en cas de fièvre, aucun médicament ne doit être donné sans avis médical !


D’autant que les antidiarrhéiques, les antivomitifs et les antispasmodiques ne sont pas recommandés dans la prise en charge des gastroentérites virales du nourrisson.


Selon l’OMS, seul le racécadotril (Tiorfan) a fait la preuve de son efficacité pour réduire le débit des selles. Mais c’est au médecin de juger s’il est nécessaire de le prescrire à votre enfant.


Seules certaines diarrhées d’origine bactérienne nécessitent un traitement antibiotique, après confirmation du diagnostic par une analyse de selles.


Les autres causes de diarrhée (allergie, intolérance alimentaire, appendicite, infection extra-digestive, etc…) font l’objet d’une prise en charge spécifique, d’où l’importance du diagnostic posé par le médecin !

Surveillez votre enfant !

Jusqu’à la fin de la diarrhée, vous devez impérativement :

  • Vérifier régulièrement sa température.
  • Compter le nombre de selles et de vomissements.
  • Apprécier la quantité de liquide réellement bue.
  • Observer le comportement de l’enfant.
  • Noter l’apparition de tout nouveau symptôme.


Ces éléments de surveillance vous permettront de détecter le moindre signe d’aggravation, nécessitant de rappeler le médecin traitant (ou le 15) en urgence.


Bien gérée, la diarrhée ne dure généralement pas plus d’une semaine.

Comment prévenir la gastro-entérite ?

La gastroentérite est très contagieuse : la transmission se fait par les mains, et les objets contaminés qui sont portés à la bouche.


Le lavage soigneux des mains, avec de l'eau et du savon, est donc essentiel !

Il doit être réalisé régulièrement, plusieurs fois dans la journée, et notamment avant toute manipulation de nourriture, avant la préparation du soluté de réhydratation et des biberons, après les changements de couche ou un contact avec les vomissements.


Veillez à ce que biberons, gobelets, cuillères et autres ustensiles ne passent pas entre toutes les bouches de la famille !


La vaccination contre le rotavirus (principal virus en cause dans les gastroentérites) est efficace : il est recommandé par le Haut Comité de la Santé Publique pour les nourrissons de moins de 6 mois.

Mais son prix est élevé (environ 180 Euros pour Rotarix et 230 Euros pour Rotateq) constitue un frein à sa prescription, dans l'attente d’un remboursement par l’Assurance Maladie.

N’oubliez pas ! La célèbre “gastro” peut avoir des conséquences graves chez les jeunes enfants, en quelques heures à peine. Soyez vigilante, ayez toujours du soluté de réhydratation dans votre armoire à pharmacie et prenez l’avis d’un médecin sans tarder, dès l’apparition de la diarrhée !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)



Sources : www-sante.ujf-grenoble.fr - http://medecine.univ-lille2.fr - www.has-sante.fr - www.urgencehsj.ca - http://jama.ama-assn.org

Mise à jour le Lundi, 14 Avril 2014 13:08
 
Derniers articles ajoutés

Revue de presse 18-04-14


Revue de presse 18-04-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…

Tortues, reptiles...: attention aux enfants !


Tortues reptiles attention enfants

Ces “Nouveaux Animaux de Compagnie” les exposent à des risques d’infections potentiellement graves, même en l’absence de contact direct.

La séjour à la maternité


La durée du séjour

Depuis quelques années, le nombre de jours passés à la maternité tend à se réduire...

Revue de presse 11-04-14


Revue de presse 11-04-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…