Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Les oreillons

Les oreillons

Les oreillons sont une infection virale contagieuse, caractérisée par une inflammation des parotides, glandes salivaires situées sous les oreilles. Le plus souvent bénigne chez l’enfant, cette maladie peut se compliquer, notamment chez l’adolescent ou l’adulte. D’où l’importance de vacciner les enfants dès la première année !

La transmission…

Les oreillons sont dus à un “paramyxovirus” qui se transmet par contact direct (mains souillées, objets contaminés…), par la salive ou par voie respiratoire.


Entre le moment où le virus pénètre dans l'organisme et le début des premiers signes, il s'écoule environ 2 à 3 semaines (période d’incubation).


La contagiosité est maximale environ une semaine avant et une semaine après l’apparition des premiers signes.


Les oreillons touchent surtout les enfants, mais ils peuvent survenir à n'importe quel âge, chez les personnes non vaccinées ou n’ayant jamais eu la maladie.

Les signes…

Pendant un ou deux jours, il n’existe qu’une fièvre banale (38 – 39°C), accompagnée parfois de douleurs aux oreilles.


Puis apparaît le signe caractéristique de la maladie : le gonflement d’une ou des deux glandes parotides.


Le bas de la joue et l’angle de la mâchoire sont gonflés, refoulant le lobe de l’oreille. La peau dans cette zone est rouge, chaude et tendue.


Lorsque les deux côtés sont atteints, le visage est déformé en forme de poire. La zone atteinte est très douloureuse, ce qui peut entrainer une gêne pour manger ou parler.


Il existe aussi des maux de tête et une fatigue plus ou moins marquée.


Ces symptômes suffisent le plus souvent pour faire le diagnostic. Des examens complémentaires ne sont nécessaires qu’en cas de doute (forme inhabituelle de la maladie) ou de complications.


Sachez enfin, qu’une fois sur trois, les oreillons peuvent passer inaperçus.

Les complications…

Les oreillons peuvent entraîner des complications, dont certaines potentiellement graves.


Une orchite (inflammation d’un testicule) n’apparaît jamais avant la puberté. 7 à 10 jours après les premiers signes, le testicule augmente de volume et devient très douloureux. Une fois sur deux, cela entraine plus tard une atrophie du testicule. Lorsque les deux testicules sont atteints, il y a un risque de stérilité.


Une pancréatite peut se développer, se manifestant par des douleurs abdominales et des vomissements.


Une méningite, dont l’évolution est généralement favorable, survient dans 20 à 30% des cas.


La surdité est une complication rare.


L’encéphalite (atteinte du cerveau) est exceptionnelle, mais laisse souvent des séquelles. La femme enceinte ne risque rien si elle est immunisée (quand elle a été vaccinée dans l’enfance ou a déjà eu la maladie).


Dans le cas contraire, les oreillons exposent au risque de fausse couche.

Le traitement…

Il n’existe pas de traitement spécifique pour la forme bénigne des oreillons, mais les mesures d’hygiène et le suivi médical sont indispensables.


Des dispositions simples doivent être mises en oeuvre et poursuivies tant que dure la fièvre, pour éviter que celle-ci n’augmente de façon excessive…

Ne couvrez pas trop bébé !

Donnez-lui à boire fréquemment !

Ne chauffez pas trop sa chambre (19 à 21°C suffisent) !

Faites dormir votre enfant sur le dos, car la face antérieure du thorax est une zone où la perte thermique est importante.

Attention ! Il n’est plus conseillé de donner systématiquement un bain tiède (2°C en dessous de la température du corps) pour faire baisser la fièvre. Ceci risque d’augmenter l’inconfort du bébé, à moins qu’il n’aime vraiment ça, auquel cas il ne faut pas l’en priver pendant quelques minutes.

Les poches de glace et les enveloppements humides ne sont pas recommandés non plus.


Si la fièvre est très élevée et mal supportée, il est possible d’utiliser du paracétamol (si votre bébé n’y est pas allergique, et en respectant la dose adaptée à son poids).


Pour calmer les douleurs, le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (par exemple l’ibuprofène) sont efficaces, en respectant bien sûr les doses et les éventuelles contre-indications.


Pour limiter la propagation du virus, adoptez les bons réflexes :

  • Lavez-vous les mains avant et après chaque contact avec le petit malade.
  • Veillez à ce que biberons, gobelets, cuillères et autres ustensiles ne passent pas entre toutes les bouches de la famille.
  • Evitez d’embrasser votre enfant, et passez la consigne à l’entourage.
  • Apprenez à votre enfant, lorsqu'il tousse ou éternue, à se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir jetable.


L’isolement est aussi indispensable : l’enfant ne doit pas fréquenter la garderie, la crèche ou l’école, jusqu’à la guérison complète (environ une semaine après les premiers signes).


Les complications nécessitent des traitements adaptés, voire une hospitalisation pour les cas les plus sévères.


Dans tous les cas, suivez à la lettre les conseils et les prescriptions de votre médecin !

La prévention…

Elle repose avant tout sur la vaccination qui est efficace et sans danger.


La première dose de vaccin trivalent (protégeant contre la rougeole, la rubéole et les oreillons) doit être administrée chez le bébé à 12 mois (ou dès 9 mois s’il est gardé en collectivités).


Un rappel s’effectue ensuite entre 13 et 24 mois (ou entre 12 et 15 mois si la première dose a été délivrée à 9 mois).


Un rattrapage vaccinal des jeunes adultes nés depuis 1980, avec deux doses de vaccin trivalent, est recommandé.


Le vaccin est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie jusqu’à l’âge de 17 ans inclus, et à 65 % au-delà.


Par ailleurs, nous avons déjà évoqué les mesures d’hygiène et d’isolement à respecter.

En France, la recommandation de la vaccination par le ROR a entrainé une diminution importante des cas d’oreillons. Mais, comme pour la rougeole, le pourcentage de personnes vaccinées reste encore insuffisant. Or seule la vaccination assure une protection efficace et permet de stopper la diffusion du virus. Alors pensez à vérifier le carnet de santé !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.uvp5.univ-paris5.fr - www.infectiologie.com - www.urgencehsj.ca

Mise à jour le Mardi, 28 Juin 2011 05:58
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…