Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Les vomissements du nourrisson

Les vomissements du nourrisson

Fréquents chez le nourrisson, les vomissements sont souvent bénins. Attention : ils ne sont pas nécessairement dus à un problème digestif, mais pouvent être aussi le signe d’une autre maladie, parfois grave. Dans tous les cas, il est donc indispensable de consulter un médecin : il déterminera la cause de ce symptôme et vous indiquera la conduite à tenir.

Les vomissements en quelques mots…

Ce sont des rejets, par la bouche, de tout ou partie du contenu de l’estomac ou de l’intestin.


Ils apparaissent brutalement et sont dits “actifs”, s’accompagnant d’une contraction du diaphragme et des muscles abdominaux : le bébé produit un effort pour vomir.


A ne pas confondre avec les régurgitations, qui sont des remontées “passives” de petites quantités de lait ou de liquide gastrique, se manifestant généralement dans l’heure qui suit la tétée, souvent au moment du rôt.


Lorsqu’ils sont importants, les vomissements peuvent être associés à une pâleur, une certaine agitation ou des cris.


Observez votre bébé à la loupe !

Pour diagnostiquer la cause des vomissements, apprécier la gravité de la situation et déterminer les mesures à prendre, le médecin aura besoin d’informations que vous seule pourrez lui communiquer…

Les vomissements

  • Depuis quand bébé vomit-il ?
  • Combien de fois a-t-il vomi ?
  • Quelle est l’abondance des vomissements ?
  • Quel en est l’aspect ? Ils peuvent être liquides, caillés, glaireux, contenir du sang, de la bile (couleur jaune-vert) ou des débris alimentaires.
  • Ont-ils une odeur particulière ?
  • A quel moment se produisent-ils par rapport aux repas ?
  • Apparaissent-ils brutalement (en jet) ou après des efforts importants ?
  • Sont-ils déclenchés par les changements de position ?

L’alimentation 

  • Comment préparez-vous les laits artificiels ?
  • Combien de fois par jour nourrissez-vous bébé ?
  • Quelle est la quantité proposée à chaque repas ?
  • Quels sont les aliments proposés depuis la naissance, avec leur date d’introduction (par exemple le lait de vache), et avez-vous modifié le régime de votre enfant depuis l’apparition des vomissements ?
  • Dans quelle position nourrissez-vous bébé ?

Le comportement

  • Est-il agité ou somnolent ?
  • Se manifeste-t-il par des pleurs ou des cris ?
  • Manque-t-il d’appétit ?
  • Manifeste-t-il une soif intense ?

Les signes ou événements associés

  • Avez-vous connaissance d’une chute ou d’un choc récent sur la tête de bébé ?
  • Présente-t-il une diarrhée, ou au contraire une constipation ?
  • Semble-t-il avoir des douleurs ?
  • A t-il de la fièvre ?
  • Avez-vous remarqué des boutons ou des taches rouges sur sa peau ?
  • Existe-t-il des problèmes respiratoires (toux…) ou ORL (rhino, otite…) ?
  • Avez-vous constaté une perte de poids ?
  • Bref, vous devrez vous livrer à une véritable “enquête policière” !

Des causes multiples…

Chez le nourrisson, pratiquement toutes les maladies aiguës ou chroniques peuvent entraîner des vomissements ! Nous vous épargnerons donc un catalogue aussi anxiogène qu’inutile…


Très souvent, il s’agit d’erreurs diététiques (quantité donnée, type d’alimentation, etc…). Toutes les types d’infections sont fréquemment en cause : ORL (rhinopharyngite, otite…), respiratoires (bronchite, bronchiolite…), urinaires, gastroentérites, méningites…


Les vomissements peuvent révéler aussi un reflux gastro-oesophagien (remontées fréquentes et importantes du liquide de l’estomac vers l’oesophage), ou une sténose du pylore (épaississement du muscle situé dans la partie inférieure de l’estomac, touchant les nourrissons âgés de 2 semaines à 2 mois).


Les urgences chirurgicales (invagination intestinale aiguë, occlusion, appendicite, etc…), plus rares, doivent cependant être éliminées par une hospitalisation au moindre doute.


Le mal des transports, facile à reconnaître, se voit plutôt chez les enfants après l’âge de 3 ans.


Quant à une origine psychologique, elle ne sera retenue que si toutes les autres causes ont été formellement éliminées…

Les signes d’alerte !

Dans tous les cas, mieux vaut prendre un avis médical, même si le vomissement vous semble banal !


Certaines situations doivent vous alerter et vous amener à consulter en urgence, notamment :

  • Si les vomissements se répètent ou contiennent du sang.
  • S’il existe une diarrhée, ou au contraire une constipation inhabituelle.
  • Si votre bébé semble avoir mal au ventre.
  • Si votre bébé “n’est pas comme d’habitude” : moins attentif, trop calme, confus…
  • Si ses yeux sont très cernés, s’il semble épuisé ou a très soif : signes évoquant une déshydratation.
  • S’il refuse de boire.
  • Si la température est supérieure à 38°5.
  • Si les vomissements s’accompagnent de fièvre, d’une raideur du cou, de maux de tête, de taches rouges sur le corps ou d’un gêne à la lumière : symptômes classiques d’une méningite.
  • Si bébé a subi récemment un traumatisme sur la tête.


Même en l’absence de ces symptômes, tout nourrisson de moins d’un mois doit être examiné rapidement : la situation peut évoluer très rapidement !


Quel que soit l’âge de l’enfant, si les signes de gravité apparaissent secondairement, rappelez le médecin immédiatement, même s’il l’a déjà examiné quelques heures auparavant. Et si votre médecin n’est pas disponible, n’attendez pas et composez le 15 !


Soyez notamment vigilante si les vomissements commencent en début de soirée : vous devez surveiller bébé toute la nuit !


Bien sûr, ne vous affolez pas à la moindre régurgitation de votre enfant, par ailleurs en pleine forme !

Que faire en attendant l’avis du médecin ?

Veillez à ce que votre bébé vomisse la tête penchée en avant et que rien ne reste dans sa bouche, pour éviter que les matières ou liquides ne pénètrent dans les voies respiratoires.


Pour la même raison, ne le couchez tant qu’il semble avoir besoin de vomir.


Suspendez toute alimentation solide !

Ne donnez que des boissons (eau ou solutés de réhydratation) et commencez par de petites quantités : au départ une cuiller à café (5 ml) de solution fraîche, toutes les 2 à 5 minutes, pour vous assurer qu’il l’accepte bien. Si c’est le cas, augmentez progressivement les doses, mais ne le forcez pas avant qu’il n’ait été examiné par un médecin.


Essayez de rassurer et de détendre votre enfant, a fortiori si les vomissements ont une composante psychologique (peur, stress…).

Les traitements…

Hormis le paracétamol en cas de fièvre, aucun médicament ne doit être donné sans avis médical !


D’autant que les antivomitifs comme le Primpéran sont désormais contre-indiqués chez le nourrisson.


Les vomissements font l’objet d’une prise en charge spécifique en fonction de la cause, d’où l’importance du diagnostic posé par le médecin !


Il suffira parfois de rectifier la façon d’alimenter bébé : respecter sa faim et ne pas le gaver, fractionner les repas, contrôler qu’il ne mange pas trop ou trop vite… et le faire boire ou manger en position assise !


En cas d’allergie ou d’intolérance, il faudra évidemment éliminer l’aliment en cause.


S’il s’agit d’une infection, en fonction de la localisation et de la gravité, le médecin vous prescrira le traitement adapté.


Le RGO tend à disparaître spontanément vers l’âge de 1 an. En attendant, quelques gestes simples et un traitement médical permettent le plus souvent de soulager bébé.


Mais attention ! Dans certains cas, une hospitalisation sera nécessaire :

  • Si les vomissements incessants ne permettent une prise suffisante de liquides.
  • Si la déshydratation est sévère.
  • S’il existe une infection grave (méningite, pyélonéphrite…).
  • Si le nouveau-né doit être opéré d’une sténose du pylore.
  • Si le médecin suspecte une urgence chirurgicale (invagination intestinale aiguë, occlusion, appendicite, etc…).
  • Si le nourrisson est particulièrement fragile.

Votre bébé vomit ? Pas d’automédication, pas d’inquiétude inutile, mais soyez vigilante… Surveillez notamment le nombre et la nature des vomissements, les symptômes associés, ainsi que l’état général de votre enfant. Et contactez votre médecin généraliste ou le pédiatre !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.medecine.ups-tlse.fr - www.uvp5.univ-paris5.fr - www.aap.org - www.aboutkidshealth.ca

Mise à jour le Mercredi, 30 Novembre 2011 09:44