Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Arrêt de la pilule et grossesse

Arrêt de la pilule et grossesse

Vous souhaitez avoir un bébé, mais vous prenez la pilule depuis plusieurs années... Que se passera-t-il quand vous l’arrêterez ? Combien de temps avant d’être enceinte ? Quand faudra-t-il vous inquiéter si la grossesse ne survient pas ? Et si vous portez un stérilet ? Eléments de réponses...

Que se passe-t-il après l’arrêt la pilule ?

La contraception hormonale agit sur une petite glande du cerveau (hypophyse), avec pour conséquence un blocage de l’ovulation.


Si votre cycle menstruel était régulier avant de prendre la pilule, il le sera à nouveau. Selon les femmes, le retour à la normale peut prendre plus ou moins de temps, mais le plus souvent cela se fait assez vite.


En théorie, vous pouvez donc être enceinte rapidement : n’arrêtez donc pas la pilule trop tôt si vous ne souhaitez pas un bébé tout de suite !


Dans des cas très rares, les premiers cycles ne comportent pas d'ovulation ou produisent des ovules de mauvaise qualité, ce qui allongera évidemment le délai pour qu’une grossesse se développe.


Sachez aussi qu’après avoir arrêté la pilule, certains désagréments (cycles irréguliers, règles douloureuses…), que vous aviez peut-être avant de la prendre, risquent de réapparaître. Ne vous inquiétez pas. Mais en cas de saignements en dehors des règles, consultez un gynécologue sans tarder !


Si vous décidez d’arrêter la pilule, faites-le à la fin de la plaquette en cours. Mais ensuite, il n’existe pas de délai à respecter pour envisager une grossesse.

Comment faire avec un stérilet ?

Avec un dispositif intra-utérin (stérilet), l’équilibre hormonal est respecté, il n’y a donc pas blocage de l’ovulation, mais l’oeuf fécondé ne peut pas se fixer dans l’utérus.


Il suffit de faire retirer le stérilet pour que vous retrouviez une fertilité normale.


Dans des cas rarissimes, une grossesse peut survenir malgré la présence d’un stérilet. Si le fil est facilement accessible, le médecin enlèvera le stérilet pour éviter notamment le risque d’infection.


Si le stérilet ne peut pas être extrait, ne vous inquiétez pas, il ne gênera pas le développement du bébé. Mais une surveillance s’imposera, tout au long de la grossesse, pour détecter une éventuelle infection le plus tôt possible.

Pensez à la consultation préconceptionnelle !

L’idéal est de programmer cette consultation avant l’arrêt de la contraception de façon à laisser du temps, si besoin, pour réaliser des examens complémentaires, prendre un avis spécialisé et démarrer les traitements adaptés.


Lors de l’entretien et de l’examen clinique votre médecin aura six objectifs majeurs...


Evaluer : vos antécédents médicaux, votre mode de vie et les éventuels risques liés à l’âge.


Dépister : les maladies chroniques (diabète, hypertension, problèmes thyroïdiens…), les facteurs génétiques et les fragilités psychologiques.


Prévenir : en faisant le point sur votre immunisation contre certaines maladies (rubéole, toxoplasmose…), en dépistant selon le contexte des maladies spécifiques (VIH, hépatite…), et en vérifiant les traitements que vous prenez régulièrement (certains étant contre-indiqués pendant la grossesse).


Accompagner : notamment en cas d’addictions, de difficultés socio-économiques ou de conditions de travail pénibles.


Informer : tant sur le plan médical, qu’administratif ou pratique.


Prescrire : la vitamine B9 (indispensable, n’oubliez pas !), d’autres nutriments (fer, calcium…) en cas de carence, voire des traitements spécifiques pour une pathologie préexistante ou dépistée lors de la consultation.

Et si la grossesse se fait attendre ?

Le délai moyen entre l’arrêt de toute contraception et l’obtention d’une grossesse est d’environ 6 mois.


Au delà de 2 ans, la situation est considérée comme anormale : des explorations sont alors mises en route pour rechercher la cause et déterminer le traitement adapté.


Mais les couples âgés de plus de 35 ans devront consulter plus tôt car la fertilité diminue avec l’âge.


La probabilité mensuelle de concevoir un enfant est normalement de 25% : elle est inférieure à 5% en cas d’hypofertilité et nulle en cas de stérilité.


Dans environ un tiers des cas, l’origine de l’infertilité se révèle purement féminine, une fois sur cinq la cause concerne l’homme uniquement, quatre fois sur dix le problème vient des deux partenaires et près d’une fois sur dix le problème reste inexpliqué.


Sachez que, même après avoir pris la pilule pendant plusieurs années, ou porté un stérilet, la fertilité n’est pas diminuée.

Vous avez un projet de grossesse ? Parlez-en dès que possible à votre médecin et suivez ses conseils ! Et n’oubliez pas, la période de fertilité ne dure environ que 48 heures chaque mois, entre 4 jours avant l’ovulation et 2 jours après : il faut viser juste !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.cngof.asso.fr - www.inpes.sante.fr - www.medecine.univ-paris5.fr - www.has-sante.fr - www.mayoclinic.com

Mise à jour le Lundi, 01 Juillet 2013 10:21