Je me connecte




Mot de passe oublié ?

La fausse couche…

La fausse couche

En France, environ une grossesse sur cinq s’interrompt naturellement bien avant le terme. L'enfant à naître n'est pas assez développé pour vivre en dehors du ventre de sa mère. Cet accident, appelé “fausse couche”, survient le plus souvent au cours des trois premiers mois.

Qu’est-ce qu’une fausse couche ?

Une fausse couche correspond à l'expulsion avant les six mois de grossesse d'un embryon ou d’un fœtus qui n'est pas viable.
On parle d’embryon de la conception jusqu’à la fin du deuxième mois, et de fœtus du troisième mois jusqu’au terme.

Lors d’une grossesse normale, l’oeuf fécondé se loge dans l’utérus et le placenta se met en place. Ce dernier, collé à la paroi utérine, permet de nourrir le bébé par le cordon ombilical. Lors de l’accouchement le placenta est expulsé juste après le nouveau-né.

Si le placenta se détache de la paroi utérine, c'est le début d'une fausse couche : l'orifice de l'utérus s'ouvre et du sang s'écoule.

Quels sont les signes et les conséquences ?

De saignements, même minimes, associées ou non à des douleurs du bas ventre, à de légères contractions ou à un simple tiraillement dans le bas du dos, doivent vous alerter ! Avec quelques précautions, du repos, un traitement et une surveillance renforcée, il s’avère parfois possible de mener la grossesse à son terme.

Lorsque les douleurs et les saignements s'intensifient, cela signe en général la fin de la grossesse avec mort de l’embryon ou du foetus.

Plus la fausse couche intervient précocement, plus les tissus morts sont expulsés facilement.

Lorsque la fausse couche a lieu tardivement, elle se déroule souvent en deux temps : le foetus est évacué en premier, suivi du placenta.

Une aspiration, réalisée sous anesthésie, s’avère parfois nécessaire pour retirer tout ce qui reste dans l'utérus.
Dans la mesure du possible les curetages sont aujourd’hui évités, car ils risquent d’abîmer la paroi utérine : l’aspiration est suffisante dans la majorité des cas.

Il faut impérativement contacter un médecin devant tout saignement vaginal ou pertes anormales pendant la grossesse. L’examen gynécologique, complété par une échographie et une prise de sang, permet de contrôler la vitalité du foetus et de décider si la poursuite de la grossesse se révèle possible.

En cas d’hémorragie massive, une hospitalisation d’urgence s’impose.

En plus du choc psychologique majeur, la fausse couche peut se compliquer notamment d'une infection de l'utérus ou de caillots dans les veines du bassin.

Une échographie, généralement effectuée deux à trois semaines après l’expulsion ou l’aspiration, permet de contrôler l’utérus.

Quelles sont les causes ?

Les fausses couches précoces proviennent en majorité d’une anomalie chromosomique au moment de la fécondation de l’ovule par le spermatozoïde.

Les fausses couches tardives sont le plus souvent dues à une malformation de l’utérus.

Les infections gynécologiques ou générales (toxoplasmose, listériose, grippe…) peuvent être incriminées.

L’exposition à des substances dangereuses ou des radiations et la prise de certains médicaments constituent un facteur de risque.

Certaines maladies chroniques (hypertension, diabète…) exposent aussi la mère à cette complication.

Une mauvaise hygiène de vie (alcool, tabac, café, malnutrition, efforts violents…) peut favoriser la survenue d’une fausse couche.

Même réalisée dans les conditions optimales, l’amniocentèse peut entrainer ce type d’accident dans 0,5 à 1% des cas.

Et après ?

La fausse couche entraine déception et tristesse. La douleur morale est particulièrement marquée chez les femmes qui n’ont pas encore d’enfant et lorsque la grossesse était fortement désirée. Le couple doit prendre le temps de surmonter cette épreuve et surtout ne pas se culpabiliser. Dans certains cas, une aide psychologique s’avère utile.

Les règles surviennent quelques semaines après la fausse couche. Attention : en cas de retard de règles et en l’absence de contraception, il est possible que vous soyez à nouveau enceinte !

Une nouvelle grossesse est possible immédiatement après une fausse couche, mais le plus souvent votre gynécologue vous recommandera d’attendre au moins deux à trois mois : suivez ses conseils !

Dans la majorité des cas, la fausse couche est un accident de parcours isolé et les grossesses suivantes se déroulent sans problème.
Hormis les précautions indispensables à toute grossesse, il n’y a en général rien à faire de particulier pour prévenir une fausse couche.

Moins de 3% des femmes font des fausses couches à répétition. Un bilan complet permet de rechercher l’origine (notamment, une anomalie chromosomique, une malformation utérine, un problème immunitaire ou un trouble de la coagulation), mais une fois sur deux aucune cause précise n’est retrouvée.

N’oubliez pas : il faut impérativement appeler un médecin en cas de saignement vaginal ou pertes anormales pendant la grossesse !

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.cngof.asso.fr - www.uvp5.univ-paris5.fr

Mise à jour le Vendredi, 17 Décembre 2010 09:51
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…