Je me connecte




Mot de passe oublié ?

La grossesse extra-utérine…

La grossesse extra-utérine

En France, environ 2% des femmes enceintes présentent une grossesse extra-utérine, appelée aussi G.E.U. Le diagnostic doit être le plus précoce possible, permettant ainsi un traitement d’urgence qui évitera des complications mettant en jeu le pronostic vital de la mère.

Qu’est-ce qu’une grossesse extra-utérine ?

Lors d’une grossesse normale, l’oeuf fécondé se loge dans l’utérus.

Quand la nidation se fait ailleurs
, dans une trompe, dans l’ovaire ou dans la cavité abdominale, il s’agit d’une grossesse extra-utérine.
Ne pouvant se développer normalement, le foetus n’est pas viable.

La grossesse extra-utérine est la première cause de mortalité féminine au cours du premier trimestre de la grossesse.

Quelles sont les causes ?

Le plus souvent, la cause exacte de la G.E.U. n’est pas retrouvée.

Il existe par contre des facteurs de risque bien identifiés : tabagisme, port d’un stérilet, MST (maladies sexuellement transmissibles), salpingites, antécédents de GEU ou de chirurgie pelvienne, IVG (interruption volontaire de grossesse).

Dans ces cas, la trompe peut être bouchée ou lésée : elle gêne alors la migration de l’oeuf qui ne peut descendre et reste bloqué.

Quels sont les signes ?

Chez une femme enceinte de quelques semaines ou présentant un retard de règles, deux signes majeurs doivent faire évoquer le diagnostic : des pertes de sang brunâtres, peu importantes, associées à des douleurs pelviennes plus ou moins intenses. Une fatigue, une pâleur et quelques malaises peuvent compléter le tableau.
Les dosages sanguins (ß-HCG), l'échographie et la coelioscopie permettent de confirmer l’existence d’une grossesse extra utérine. Le traitement doit être réalisé en urgence.

Lorsque le diagnostic n'est pas fait au stade précédent, la rupture de la trompe entraine une hémorragie massive. Cette dernière est d'ailleurs parfois révélatrice sans qu’aucun signe n'ait pu alerter plus précocement : elle se manifeste par une douleur abdominale intense, associée à des saignements brunâtres et un état de choc (pâleur, pouls rapide et chute de la tension artérielle). Des examens complémentaires et l'intervention chirurgicale s'imposent d'extrême urgence.

Dans de rares cas, la trompe se fissure sans se rompre : le sang s'écoule lentement et se collecte derrière l'utérus, comprimant les organes voisins. Ceci entraîne des douleurs pelviennes, des troubles urinaires et rectaux, associés à une pâleur notable. Le diagnostic est fait par les dosages sanguins (ß-HCG), l'échographie et la cœlioscopie. Une intervention chirurgicale s’avère nécessaire.

Quels sont les traitements possibles ?

Quand le diagnostic de grossesse extra-utérine est évoqué, la patiente doit toujours être hospitalisée en urgence.

L’abstention thérapeutique concerne environ 20% des cas : lorsque l’oeuf est expulsé spontanément, la grossesse extra-utérine se résorbe d'elle-même. Cependant, une surveillance étroite s’impose pour intervenir si nécessaire.

Parfois, un traitement médical est proposé, notamment en cas de grossesse peu volumineuse et en l'absence d'hémorragie interne. Ce traitement consiste en l'injection, intramusculaire ou locale, de Méthotrexate : ce médicament entraine la destruction de l'oeuf.

Dans les autres cas, il faut opérer en urgence. Dans les formes graves, la trompe abîmée est retirée. Dans certains cas, la trompe est seulement ouverte pour extraire l’oeuf. L’intervention se réalise sous anesthésie générale et le plus souvent sous coelioscopie. Quand une hémorragie importante existe, une laparotomie (large incision de la paroi abdominale) s’impose.

Et après ?

Une nouvelle grossesse reste possible, à condition qu’une seule trompe ait été retirée : un seul ovaire (qui produit des ovules) et une seule trompe (qui accueille et transporte l'oeuf) suffisent pour concevoir un bébé.

Cependant, il existe un risque important de récidive : il faut prévenir la patiente et redoubler de vigilance, afin de vérifier dès le début de la grossesse suivante que l'embryon se développe normalement dans l’utérus.

Vous êtes enceinte ? Ou susceptible de l’être ?
Si vous avez des douleurs au ventre et/ou des saignements : consultez un médecin sans tarder !

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.cngof.asso.fr - www.uvp5.univ-paris5.fr

 


































Mise à jour le Vendredi, 17 Décembre 2010 09:51
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…