Je me connecte




Mot de passe oublié ?


Le diabète gestationnel

diabete-gestationnel

Appelé aussi diabète de grossesse et apparaissant généralement au 2ème ou 3ème trimestre, il toucherait environ 7% des femmes enceintes. Ses complications possibles, tant pour la mère que pour son bébé, en justifient le dépistage : son diagnostic entraîne la mise en place d'un traitement et d'une surveillance spécifique.

Diabète et diabète gestationnel : quelles différences ?

Le diabète correspond à une augmentation permanente de la glycémie (taux de sucre dans le sang).

On distingue le diabète de type 1 (touchant les jeunes) et celui de type 2 (dit "gras", apparaissant plutôt vers la cinquantaine) : ce sont des maladies dont on ne guérit pas et qu'il faut traiter toute la vie.

Le diabète gestationnel est différent, car il disparaît 9 fois sur 10 après l'accouchement.

Mais ces différents types de diabète ont un point commun : un problème dans la sécrétion ou l'utilisation de l'insuline. Cette hormone, produite par le pancréas, transporte le glucose (sucre présent dans le sang) vers les cellules qui ont besoin d'énergie pour fonctionner. Lorsque le pancréas ne sécrète pas assez d'insuline, la glycémie augmente. En l'absence de traitement, le diabète entraine une altération des vaisseaux sanguins et donc de nombreux organes (reins, yeux, coeur…).

Pendant la grossesse, le placenta produit des hormones qui empêchent l'insuline de jouer son rôle. Pour compenser, le pancréas doit produire beaucoup plus d'insuline, mais il en est parfois incapable et le taux de sucre augmente dans le sang : on parle alors de diabète gestationnel.

Le plus souvent, il n'y a aucun symptôme : d'où l'importance du dépistage systématique. Plus rarement, le diabète de grossesse se manifeste par une grande fatigue, une soif permanente ou la nécessité d'uriner souvent et abondamment.

Quelles conséquences pour la maman ?

Le diabète gestationnel favorise la survenue d'infections urinaires et de complications rénales (avec hypertension et oedèmes).

Dans la majorité des cas, le diabète gestationnel disparaît dans les semaines qui suivent l'accouchement, mais la probabilité de le voir réapparaitre, lors d'une grossesse ultérieure, est particulièrement élevée.

Attention : indépendamment des grossesses, un pourcentage important de femmes qui en sont atteintes présentera, quelques mois ou années plus tard, un diabète de type 2 ou, beaucoup plus rarement, un diabète de type 1.

Quelles complications chez le bébé ?

Le diabète gestationnel augmente les risques d'accouchement prématuré.

Il favorise un poids de naissance élevé (supérieur à 4 kg) et donc le recours plus fréquent à une césarienne.

Dès l'accouchement, le bébé peut présenter divers problèmes :
- De grandes difficultés respiratoires.
- Une hypoglycémie (chute brutale du taux de sucre dans le sang) particulièrement néfaste pour le cerveau.
- L'aggravation d'une jaunisse, assez fréquente chez les nouveaux-nés.

Plus tard, l'enfant sera plus sujet à l'obésité et au développement d'un diabète, le plus souvent de type 2.

Quelles sont les femmes les plus exposées ?

Certains antécédents constituent un facteur de risque : grossesse antérieure compliquée de diabète ou d'hypertension, cas de diabète dans la famille, fausses couches à répétition, problèmes chez un autre enfant (poids de naissance élevé, prématurité inexpliquée ou malformation congénitale).

L'âge de la mère supérieur à 30 ans et l'obésité favorisent aussi la survenue du diabète gestationnel.

Mais dans 40% des cas environ, cette maladie apparaît sans facteur de risque particulier.

Le dépistage : primordial !

Il est réalisé, chez toutes les femmes, entre la 24ème et la 28ème semaine d'aménorrhée (absence de règles).

Chez les mères qui présentent des facteurs de risque, un dépistage est aussi pratiqué dès la première consultation, voire à la 32ème semaine.

Il repose le Test d'O'Sullivan et l'HGPO (hyperglycémie provoquée par voie orale). Ces deux examens complémentaires consistent à doser la glycémie après l'ingestion d'une quantité déterminée de glucose (sucre). Attention : quand vous irez au laboratoire, prévoyez votre planning, car un délai est nécessaire entre le moment où vous prenez le sucre et la prise de sang (1 à 3 heures selon le test).

Sachez enfin que la recherche de sucre dans l'urine (glycosurie), réalisée lors des consultations prénatales, est obligatoire et utile, mais n'est pas suffisamment précise pour dépister le diabète gestationnel.

Le traitement : la nutrition au premier plan !

Une fois diagnostiqué, le diabète gestationnel impose une surveillance régulière de la glycémie, des conseils diététiques et, dans certains cas, un traitement médical.

La surveillance de la glycémie doit être renouvelée environ 4 fois par jour (le matin à jeun et après chaque repas). Elle se fait à l'aide d'un appareil électronique qui analyse une petite goutte de sang prélevée au bout du doigt (facile à réaliser vous-même et totalement indolore !).

L'objectif est d'avoir une glycémie à jeun qui ne dépasse pas 0,95 g/l, et une glycémie après le repas inférieure à 1,20 g/l.

Les conseils visent à corriger les éventuelles erreurs alimentaires et à favoriser la pratique d'une activité physique adaptée.

Vous devrez suivre scrupuleusement les consignes de votre médecin, même si vous vous sentez en pleine forme. Et plus que jamais, il faudra résister à ces fameuses "envies sucrées" !

Les apports alimentaires doivent être fractionnés (3 repas et 3 collations) et comporter 50% de glucides, en privilégiant les aliments riches en sucres à indice glycémique bas (pain complet, céréales, pâtes, pommes de terre cuites dans leur peau, semoule…). En cas d'obésité, une restriction calorique peut être nécessaire, mais en ne descendant jamais en dessous de 1600 Kcal par jour. Dans les autres cas la ration journalière oscille entre 1800 et 2000 Kcal par jour.

Dans le cas où le régime seul ne suffit pas à normaliser la glycémie, le recours à des injections d'insuline est nécessaire (les antidiabétiques oraux étant contre-indiqués pendant la grossesse).

Le diabète gestationnel nécessite une prise en charge multidisciplinaire (gynécologue, diabétologue, anesthésiste et pédiatre) avant et pendant l'accouchement.

Lorsque la glycémie est bien équilibrée et en l'absence de complications, l'accouchement se déroulera normalement. Dans le cas contraire, des mesures spécifiques devront être prises, comme dans toutes les grossesses à risques, à commencer par l'orientation de la maman vers une maternité au niveau d'équipement adapté.

Et après l'accouchement ?

Dans les jours qui suivent, des prises de sang permettront de vérifier le retour à la normale de la glycémie. Dans le cas contraire, un traitement médical adapté sera poursuivi.

L'allaitement au sein est conseillé, car il contribue au retour à la normale de la tolérance au glucose chez la mère.

Votre médecin vous prescrira un contraceptif oral adapté (certaines pilules pouvant favoriser l'évolution vers un diabète).

Un contrôle de la glycémie est systématiquement réalisé 3 à 6 mois après l'accouchement.

Ensuite, une surveillance régulière est nécessaire, de même que la mise en place de mesures préventives : contrôle du poids, maintien d'une activité physique, limitation des autres facteurs de risque vasculaire (tabac, cholestérol…), en raison de la possibilité de survenue d'un diabète permanent.

Lors des grossesses ultérieures, le dépistage du diabète gestationnel sera réalisé précocement.

Quant à l'enfant, étant plus exposé à l'obésité et au diabète, il devra bénéficier d'un suivi régulier par le pédiatre, qui vous délivrera aussi tous les conseils nutritionnels utiles.

Certes, en raison de ses complications éventuelles, le diabète gestationnel mérite une attention toute particulière. Mais rassurez-vous : une bonne hygiène de vie, un traitement adapté et une surveillance régulière permettent d'attendre l'accouchement en toute sérénité…




Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)



Sources : www.cngof.asso.fr - www.has-sante.fr -  www-ulpmed.u-strasbg.fr - www.chups.jussieu.fr

Mise à jour le Mardi, 29 Mai 2012 15:45
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…