Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Les grossesses multiples

Grossesses multiples

Jumeaux, triplets… C'est sans doute deux ou trois fois plus de bonheur. Mais une grossesse multiple augmente aussi les angoisses et les problèmes d'organisation. Sur le plan médical, cette aventure "horsnormes" expose la future maman et les bébés à des risques notoires, imposant une "surveillance rapprochée". En France, environ 3% des naissances sont concernées : il s'agit majoritairement de grossesses gémellaires.

Vrais ou faux jumeaux ?

La plupart du temps, au moment de l'ovulation, un seul ovaire libère l'oeuf à féconder, alors que ceux du second ovaire dégénèrent. Après fécondation par un spermatozoïde, un seul foetus se développe.

 

Parfois, les deux ovaires ovulent au cours du même cycle : si deux spermatozoïdes fécondent ces deux ovules, on parle de "jumeaux dizygotes", encore appelés faux jumeaux. Ils ne sont pas nécessairement du même sexe et ne se ressemblent pas plus que des frères ou soeurs conçus à des moments différents. Environ les 2/3 des grossesses gémellaires se déroulent ainsi.

 

Dans le cas des vrais jumeaux, ou "jumeaux monozygotes", un ovule est fécondé par un seul spermatozoïde, comme pour une grossesse normale. Mais ensuite, l'oeuf fécondé se divise, donnant naissance à deux embryons possédant le même patrimoine génétique, donc du même sexe et se ressemblant "comme deux gouttes d'eau".

 

Pour les triplés et plus, cas beaucoup plus rares : toutes les combinaisons sont possibles à partir de l'ovulation d'un seul ovocyte (vrais triplés), de deux ovocytes (deux vrais jumeaux et un enfant génétiquement différent), voire de trois ou quatre ovocytes.

 

Mais dans le cadre des grossesses multiples, les différences ne se limitent pas là. L'organisation au niveau de l'utérus intervient aussi.

 

Les faux jumeaux possèdent chacun leur placenta et leur poche amniotique.

 

Pour les vrais jumeaux plusieurs possibilités existent : le partage d'un seul placenta et d'une seule poche amniotique, ou un seul placenta et deux poches amniotiques, ou bien la même organisation que pour les faux jumeaux. Chaque foetus a son propre cordon ombilical, mais une communication peut exister entre les deux.

 

La première échographie permet au médecin de compter le nombre d'embryons et donc de diagnostiquer, par exemple, une grossesse gémellaire. Mais lors de l'examen, les autres particularités (placenta, sac amniotique, cordon) seront notées, pour prévoir la surveillance de la grossesse en fonction des complications spécifiques possibles.

Une grossesse à risques !

La prématurité est le risque N° 1 : plus de 50% des accouchements se produisent avant la 37ème semaine, malgré toutes les mesures préventives mises en oeuvre. Les progrès réalisés dans la prise en charge des enfants prématurés limitent les problèmes ultérieurs. Sachez enfin que pour les grossesses gémellaires, le terme idéal de naissance est de 38 semaines d'aménorrhée.

 

Le "syndrome transfuseur-transfusé", assez rare mais grave, peut survenir chez les vrais jumeaux lorsqu'il y existe une communication entre les deux cordons ombilicaux. Une partie du sang servant à nourrir un des foetus est alors détournée au profit de l'autre, avec pour conséquence un problème de croissance, voire de mort in utéro.

 

Les fausses couches spontanées, l'hypotrophie (retard de croissance) et les malformations sont plus fréquentes au cours des grossesses multiples.

 

La future maman est plus sujette à l'hypertension artérielle, dont les conséquences peuvent être très sévères.

Une grossesse sous haute surveillance !

La surveillance d'une grossesse multiple doit être rigoureuse et précoce, pour prévenir les risques au maximum et dépister la survenue d'éventuelles complications. Elle doit être réalisée par une équipe habituée à prendre en charge ce type de grossesse, d'un point de vue clinique et échographique.

 

Les précautions recommandées pour les grossesses normales restent a fortiori valables, en insistant sur la nécessité d'une bonne hygiène de vie (alimentation équilibrée, repos, gestion du stress…).

 

Les consultations se font en principe au rythme d'une par mois à partir du 4ème mois, comme pour une grossesse normale. Mais à l'approche de l'accouchement, des consultations plus fréquentes sont nécessaires (tous les 15 jours, voire toutes les semaines), a fortiori si des complications existent.

 

La surveillance échographique est plus intensive (généralement mensuelle), pour vérifier notamment la croissance des foetus et la circulation du sang au niveau des deux cordons.

 

Les examens de laboratoire classiques sont évidemment réalisés. Une attention particulière est accordée au dépistage d'une anémie, plus fréquente lors des grossesses multiples et nécessitant une supplémentation en fer. D'autres carences en éléments nutritionnels indispensables peuvent aussi survenir et bénéficier d'un traitement.

 

Le diagnostic anténatal par amniocentèse pose des difficultés particulières à chaque étape : réalisation plus risquée, interprétation des résultats, évaluation du pronostic et conduite à tenir (vis à vis du foetus atteint et du foetus sain).

 

La consultation d'anesthésie est obligatoire, comme pour tout accouchement.

 

Bien évidemment, les futures mamans qui attendent des triplés (ou plus) bénéficient d'une surveillance médicale adaptée et doivent redoubler de prudence ! Elles sont généralement contraintes d'interrompre précocement leur activité professionnelle, et doivent souvent rester alitées pour éviter un accouchement trop prématuré.

Un accouchement encadré !

Le choix d'une maternité de niveau II ou III, en fonction des complications connues ou des risques potentiels, permet d'assurer une sécurité optimale. Si nécessaire, les nouveaux-nés doivent pouvoir être pris en charge immédiatement dans un service de néonatalogie.

 

L'accouchement se déroule en présence d'un gynécologue-obstétricien, de deux sagesfemmes et d'un anesthésiste, ainsi que d'un ou deux pédiatres.

 

Les deux modes d'accouchement, par les voies naturelles ou par césarienne, sont possibles pour les grossesses gémellaires.

 

La décision dépend de la présentation des foetus, des dimensions du bassin de la maman et de la présence de complications éventuelles (souffrance foetale, anomalie du placenta, pathologie maternelle, etc…).

En cas de naissance triple (ou plus), une césarienne est pratiquée systématiquement.

 

Lors d'un accouchement par les voies naturelles, la naissance du premier bébé ne pose généralement pas plus de problème que pour un enfant unique. Puis la présentation du deuxième bébé est vérifiée : selon les cas, des manoeuvres peuvent être nécessaires pour l'extraire, et une césarienne est parfois indispensable. Quelques minutes seulement s'écoulent entre les deux naissances. Sauf contre-indication, la péridurale est vivement recommandée, assurant à la maman un accouchement plus serein.

 

4 fois sur 10 environ, l'accouchement se déroule par césarienne. Le plus souvent la décision est prise pendant la grossesse, lorsqu'un accouchement par les voies naturelles est impossible ou que des risques existent. Parfois la césarienne est décidée en cours de travail, quand survient une souffrance des foetus, ou une complication imprévue chez la maman. L'utérus étant particulièrement distendu, le risque d'hémorragie est plus élevé.

 

La future maman doit savoir qu'elle peut être séparée temporairement de ses enfants, dès la naissance, si leur transfert dans un service de néonatalogie est nécessaire.

 

Et après la naissance ?

Pendant le séjour à la maternité, la maman bénéficie d'une attention particulière : surveillance médicale, soutien psychologique et conseils pratiques.

 

Physiquement, il faut retrouver la forme : de retour à la maison, les journées seront bien remplies !

 

Il est vivement conseillé de poursuivre l'aide psychologique le temps de "prendre ses marques" : la naissance de jumeaux (ou plus) est toujours déstabilisante. A commencer par l'angoisse de ne pas "être à la hauteur" qui est décuplée par rapport à une grossesse normale.

 

Evidemment, élever plusieurs enfants du même âge, qui ont les mêmes besoins au même moment (biberons, couches…), impose d'être organisée ! Et une aide extérieure pour les tâches ménagères n'est pas superflue.

 

Sachez que l'allaitement au sein est possible ! La production de lait s'adaptant à la demande, il est possible d'allaiter deux, voire trois bébés. Les jumeaux peuvent être nourris ensemble ou séparément. Pour des triplés, l'organisation devient bien sûr plus complexe...

 

Des dispositions et des aides financières spécifiques existent en cas de naissances multiples. La durée du congé maternité est augmentée, et dans une moindre mesure celle du congé paternité. Une priorité est donnée aux parents pour obtenir des places en crèche. Ils peuvent aussi bénéficier d'heures d'aide à domicile.

 

Par ailleurs, plusieurs associations (par exemple, "Jumeaux et plus") apportent des conseils et des informations pratiques aux familles. N'hésitez pas à les contacter !

Depuis une trentaine d'années, en raison de l'essor des traitements de la stérilité et des femmes faisant des enfants plus tardivement, le nombre de grossesses multiples ne cesse d'augmenter. Ce phénomène constitue un réel problème de santé publique dans la plupart des pays occidentaux. Les risques médicaux, les conséquences psychologiques, sociales et financières concernent les familles, mais aussi la collectivité, du fait des modalités spécifiques de la prise en charge.

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.uvp5.univ-paris5.fr - www.med.univ-rennes1.fr - www.cngof.asso.fr - www.lesjfm.com - www.has-sante.fr - www.sogc.org - www.rcog.org.uk - www.mayoclinic.com

Mise à jour le Jeudi, 12 Mai 2011 15:57
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…