Je me connecte




Mot de passe oublié ?

L'acupuncture chez la femme enceinte

acupuncture

Qu'il s'agisse de soulager les petits maux de la grossesse ou préparer l'accouchement, l'acupuncture a toute sa place chez la femme enceinte. Cette pratique, née en Chine il y a environ 5000 ans, est de plus en plus utilisée dans les maternités, publiques et privées, en complément des thérapeutiques classiques.

L'acupuncture en quelques mots…

La médecine traditionnelle chinoise comprend cinq branches complémentaires : l'acupuncture, la diététique, les herbes médicinales, le massage et les exercices énergétiques.


L'acupuncture est basée sur une vision globale de l'être humain, intégré dans son environnement : elle traite le "malade" dans son ensemble et non pas simplement la "maladie".
Au delà de ce versant thérapeutique, elle a aussi une action majeure au niveau de la prévention : dans la Chine antique, les médecins n'étaient payés que lorsque le patient restait en bonne santé !


Pour les acupuncteurs, le bon fonctionnement de l'organisme est corrélé à une circulation optimale de l'énergie vitale (appelée "qi"), dépendant de deux forces opposées et complémentaires : le yin et le yang.
Lorsqu'il y a un déséquilibre entre les deux, la maladie apparaît. L'acupuncture a pour objectif de maintenir (prévention) ou de rétablir (traitement) un juste équilibre.


Cette énergie circule le long des "méridiens", organisés en réseau sur l'ensemble du corps. Les aiguilles implantées à la surface de la peau, au niveau des "points d'acupuncture" spécifiques, permet de réguler la circulation de l'énergie dans l'organisme.


Les acupuncteurs disposent d'un éventail de techniques qu'ils choisissent en fonction du patient et de la pathologie à traiter. Ils peuvent simplement implanter les aiguilles (1 à 15) ou leur imprimer des mouvements de rotation. Parfois ils chauffent les points d'acupuncture avec un bâtonnet (appelé "moxa") ou les stimule avec un petit marteau doté d'aiguilles (appelé "fleur de prunier").


Mais en acupuncture, comme dans la médecine occidentale, un traitement ne saurait être instauré sans diagnostic préalable. Attention : vous serrez interrogée et observée dans les moindres détails !
Au delà des questions médicales classiques, on pourra vous demander, par exemple, des précisions sur vos saveurs ou climats préférés ! Votre teint, le son de votre voix ou votre rythme respiratoire seront étudiés à la loupe.


Au cours de l'examen clinique, le praticien s'attardera notamment sur l'aspect de la langue, les bruits de l'estomac, les odeurs corporelles et la prise des pouls chinois (au deux poignets). Ce n'est qu'au terme de cette longue étape diagnostique que le praticien déterminera les points à piquer (du sommet du crâne jusqu'aux orteils, au niveau de la zone malade mais aussi à distance de celle-ci).


L'acupuncture permet de traiter notamment les douleurs d'origines diverses (colonne vertébrale, articulations, migraine, règles…), les troubles fonctionnels (digestifs, respiratoires, urinaires, neuro-végétatifs…), les problèmes de peau (eczéma, psoriasis...), les allergies, le stress et les troubles du sommeil. Elle s'adresse aux patients de tous âges (enfants, adultes, personnes âgées) et les femmes enceintes ne font pas exception.


Les acupuncteurs "sérieux" connaissent les limites de leur art et ne prétendent pas guérir toutes les maladies. Certaines ne font pas partie de leur domaine d'activité : par exemple, les infections, les cancers, les infarctus, les urgences chirurgicales ou d'autres pathologies graves. Mais à titre palliatif, quelques séances peuvent parfois aider à soulager ces patients (douleurs, fatigue…).


D'une manière générale, l'acupuncture présente peu de contre-indications, par contre certains points ne doivent pas être piqués pendant la grossesse.


Ne vous inquiétez pas, un acupuncteur dument formé ne vous fera courir aucun risque. Et avant de consulter, parlez-en à votre gynécologue ou votre sage-femme !

Une activité règlementée…

En France, la pratique de l'acupuncture est reconnue par le Conseil National de l'Ordre des Médecins et le Conseil National de l'Ordre des Sages-Femmes.


Pour devenir acupuncteur, il existe deux diplômes universitaires (DIU) délivrés par certaines facultés de médecine :


  • Le DIU d'acupuncture générale (3 ans d'études) destinés aux médecins.
  • Le DIU d'acupuncture obstétricale (2 ans d'études) destinés aux sages-femmes et aux gynécologues-obstétriciens.


L'acupuncteur (médecin ou sage-femme) pourra agir à chaque étape de votre grossesse, en complément du suivi habituel et en étroite collaboration avec les différents spécialistes susceptibles d'intervenir.

Avant d'être enceinte…

L'acupuncture peut être utile à deux niveaux : d'une part pour optimiser les capacités à procréer, d'autre part pour faciliter les processus d'aide médicale à la procréation (fécondation in vitro et autres techniques).


Elle apporte notamment des résultats significatifs en cas d'infertilité fonctionnelle, c'està- dire quand les examens pratiqués n'ont pas trouvé de lésion organique ou de trouble hormonal pouvant expliquer l'absence de grossesse.

La stimulation de certains points spécifiques permet ainsi de réguler les cycles menstruels, de traiter certaines anomalies de l'ovulation, d'agir sur la qualité de la glaire cervicale ou la muqueuse utérine.


L'acupuncture est aussi utilisée pour réduire les effets des troubles émotionnels et du stress qui, par le biais de certaines hormones, altèrent le fonctionnement des ovaires et la bonne vascularisation de l'utérus.


Dans certains cas d'infertilité d'origine masculine, quelques séances peuvent améliorer la quantité et la qualité du sperme.


Par ailleurs, en association avec les autres traitements, l'acupuncture augmenterait d'environ 50 % le taux de grossesse dans le cadre des procréations médicalement assistées.


Différentes études internationales tendent à confirmer tous ces effets positifs, mais le mode d'action et les taux de réussite doivent être affinés. D'où le scepticisme de certains experts, alors que nombre de spécialistes n'hésitent plus à "manier les petites aiguilles"…


Mais n'oubliez pas : l'acupuncture ne prétend pas résoudre toutes les difficultés pour concevoir un enfant et ne vous dispensera pas des consultations médicales classiques !

Traiter certains maux de la grossesse…

L'acupuncture peut traiter toute une série de troubles fréquents chez la femme enceinte. Cette alternative thérapeutique est d'autant plus intéressante que de nombreux traitements médicamenteux (anti-inflammatoires, par exemple) sont contre-indiqués pendant la grossesse.


Les problèmes pouvant bénéficier efficacement de séances d'acupuncture sont notamment : les douleurs (migraines, cervicalgies, dorsalgies, lombalgies…), les troubles digestifs (nausées, vomissements, brûlures d'estomac et constipation), les troubles circulatoires (oedèmes, jambes lourdes), les troubles du sommeil et le stress.


L'acupuncture est parfois indiquée, à titre préventif chez les femmes ayant eu auparavant des complications obstétricales (hypertension, menace d'accouchement prématuré…), ou en complément d'autres thérapeutiques si ces pathologies apparaissent au cours de la grossesse.


Attention : certains symptômes survenant pendant la grossesse peuvent correspondre à des pathologies potentiellement graves qui nécessitent un traitement médicamenteux et pour lesquelles l'acupuncture n'est pas suffisante ou n'est pas indiquée.


Par ailleurs, les séances d'acupuncture ne vous dispensent pas des consultations, avec le médecin ou la sage-femme, pour le suivi obstétrical régulier.

Préparer l'accouchement…

L'acupuncture intervient principalement dans la préparation du col de l'utérus.


Les séances commencent généralement vers le 5ème mois de grossesse, à raison d'une par semaine, réalisées par un médecin ou une sage-femme spécialement formés.


15 jours environ avant la date prévue de l'accouchement, l'acupuncteur commencera à stimuler, en 2 ou 3 séances, les points spécifiques qui contrôlent la dilatation du col de l'utérus, avec pour objectif de réduire la durée du travail.


L'acupuncture permettra aussi de préparer le périnée et de diminuer l'appréhension à l'approche du jour J.


Elle contribuera à vous mettre dans les meilleures conditions pour accoucher, mais ne remplacera pas les séances, plus globales, de "préparation à la naissance" réalisées par la sage-femme ou le gynécologue.

Faciliter le travail et soulager les douleurs…

En salle d'accouchement, l'acupuncture peut être utilisée à tout moment, en complément de la prise en charge habituelle.


Son efficacité est notamment reconnue pour réduire la durée du travail, diminuer les douleurs, régulariser les contractions utérines, aider la descente du foetus et traiter les dystocies cervicales (col trop rigide) ou dynamiques (contractions anormales).


L'acupuncture agit aussi sur l'assouplissement du périnée (limitant ainsi les déchirures) et participe au relâchement de la future maman.


Juste après l'accouchement, la stimulation de certains points d'acupuncture permettrait de faciliter le décollement du placenta et d'écourter la délivrance.

Après la naissance…

L'acupuncture permettra de traiter les tranchées utérines (contractions douloureuses survenant après l'accouchement).


Elle soulagera aussi les douleurs résiduelles (lombaires, pelviennes…), survenant généralement après une césarienne, une épisiotomie ou un accouchement difficile.


D'autres problèmes fréquents pourront aussi bénéficier de l'acupuncture : par exemple, les oedèmes, les hémorroïdes, les gênes urinaires, les troubles du sommeil, la fatigue ou même le "baby blues".


Si vous allaitez votre bébé, quelques séances s'avèreront parfois utiles pour favoriser la lactation (en cas de manque de lait), traiter certaines complications (engorgement mammaire, mastite…) ou apporter une aide lors du sevrage.


Dans diverses situations, l'acupuncture contribuera donc à vous remettre en forme après la naissance de bébé, mais ne se substituera pas aux consultations médicales et aux séances de rééducation périnéale.

Sur le plan pratique…

Premier conseil : si vous êtes réellement phobique des aiguilles, il vaut mieux éviter de recourir à ce type de médecine.


Avant de recourir à l'acupuncture, demandez l'avis de votre médecin traitant, de votre gynécologue ou de votre sage-femme : ils vous confirmeront que vous pouvez en bénéficier et, s'ils ne l'utilisent pas eux-mêmes, ils sauront vous adresser à un praticien de confiance.


Le nombre de séances avant, pendant ou après la grossesse dépendra des problèmes que vous présentez.


Lors de la première consultation, l'acupuncteur ne va pas se précipiter vers vous les aiguilles à la main ! Comme nous l'avons déjà évoqué, il va tout d'abord vous interroger longuement et vous examiner sous toutes les coutures : cela prendra au moins une demi-heure. Ensuite il plantera les fameuses aiguilles (rassurez-vous, elles sont très fines, à peine plus grosses qu'un cheveu : on ne sent qu'un léger picotement !).
Elles resteront en place pendant une vingtaine de minutes ou un peu plus. Tout cela prend donc du temps : prévoyez votre planning !

Les séances suivantes se limiteront à un contrôle plus rapide, suivi de la phase "aiguilles".


Les règles d'hygiène sont très strictes : la peau est désinfectée au niveau des zones à piquer et les aiguilles stériles sont à usage unique.


Une sensation de détente est généralement ressentie après la séance, mais l'amélioration des symptômes est parfois retardée de quelques jours.


Des réactions secondaires modérées (douleur ou petit hématome aux points de puncture, somnolence, fatigue…) peuvent exister, mais elles disparaissent en général rapidement.


Les séances d'acupuncture sont partiellement remboursées par l'Assurance Maladie, si elles sont dispensées par un médecin conventionné ou une sage-femme. Le complément étant généralement pris en charge par les mutuelles (pour tout ou partie, sachant que le tarif peut varier selon que le praticien pratique ou non un dépassement d'honoraires).

Vous n'avez pas peur des aiguilles ? Alors, cette pratique chinoise ancestrale pourra vous aider à chaque étape de votre grossesse, à condition de vous adresser à un médecin ou une sage-femme spécialement formés à l'acupuncture obstétricale.


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.meridiens.org - www.gera.fr - www.acupuncture-medicale.org www.chru-strasbourg.fr - www.has-sante.fr - www.syngof.fr - www.jcm.co.uk

Mise à jour le Mercredi, 17 Novembre 2010 08:04
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…