Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Les interdits pendant la grossesse !

les interdits pendant la grossesse

Il est impératif d’arrêter de fumer, de consommer de l’alcool ou toute autre drogue, dès le début de la grossesse !
Le placenta assure les échanges entre la mère et le foetus permettant à celui-ci de recevoir l’oxygène, de se nourrir et d’éliminer ses déchets. Il joue aussi le rôle de filtre pour bloquer certains microbes, mais attention : il laisse passer l’alcool, le tabac, les drogues et les médicaments ! Ces substances peuvent faire courir des risques à votre bébé et laisser des séquelles après la naissance. Un seul mot d’ordre : STOP !

L’alcool

Toute consommation, même modérée, de vin de bière ou d’alcool fort par une femme enceinte, constitue un danger pour le foetus : c’est surtout son cerveau qui est le plus sensible. Des études ont mis en évidence une diminution du quotient intellectuel chez les jeunes enfants dont les mères avaient consommé au moins deux à trois verres d'alcool par jour pendant leur grossesse.
En cas d’alcoolisation importante (plus de six verres par jour) les risques de syndrome d’alcoolisme foetal (SAF) sont majeurs : à la naissance, il associe un retard de croissance, des malformations typiques (boîte crânienne plus petite, nez court et aplati, lèvre supérieure fine), un déficit mental et des troubles comportementaux, associés éventuellement à d’autres pathologies (cardiaques, rénales, oculaires…).
Ne prenez pas de boisson alcoolisée pendant votre grossesse ! Si vous éprouver des difficultés pour arrêter seule, une prise en charge spécialisée s’impose : parlez-en sans tarder avec votre médecin !
Après la naissance, le dépistage précoce des handicaps moteurs, cognitifs et sensoriels chez l'enfant permet de mettre en place les mesures adaptées.

Le tabac

Avant tout, le tabac affecte la fécondité : plus on fume, moins on est fertile. Sans compter les conséquences néfastes pour votre santé en général… Votre projet de grossesse doit vous motiver pour écraser définitivement votre dernière cigarette ! D’autant que vous faites courir des risques majeurs à votre bébé… Le tabac favorise notamment les grossesses extra-utérines, les carences en iode, les problèmes au niveau du placenta, la prématurité, la réduction du poids de naissance et la mort subite du nourrisson.
L'arrêt du tabac doit intervenir de préférence avant la conception, sinon le plus tôt possible pendant la grossesse. Mais il n’est jamais top tard pour arrêter, tout au long de la grossesse, et même après l'accouchement.
Pour vous aider, une consultation spécialisée doit vous être proposée. Les substituts nicotiniques sont éventuellement possibles pendant la grossesse (comprimés, gommes, inhaleurs ou patchs à retirer la nuit…) associés à une surveillance médicale et si besoin un accompagnement psychologique. Les médecines douces offrent une alternative efficace dans certains cas : homéopathie, acupuncture, auriculothérapie…
Attention aussi au tabagisme passif, si votre conjoint ou vos collègues de travail fument beaucoup !

Les autres drogues

La consommation régulière de cannabis affecte la fécondité, peut entrainer un poids de naissance inférieur à la normale, voire quelques troubles du comportement chez l’enfant.

La consommation d'héroïne est associée à un taux élevé d'avortements spontanés et d'accouchements prématurés. Un retard de croissance du foetus peut aussi s’observer, de même qu’un syndrome de sevrage chez le nouveau-né.

La cocaïne a une grande toxicité pour la mère (problèmes au niveau de l’utérus ou du placenta, hypertension…) et pour le foetus (accouchement prématuré, faible poids, lésions neurologiques ou cardiaques…).Les autres substances illicites (LSD, ecstasy, GHB ou divers produits de synthèse) exposent aussi à de graves complications, tant pour la mère que pour le bébé.
Plus que jamais à l’occasion de la grossesse, l’addiction aux drogues nécessite une prise en charge spécialisée.

Si vous vous sentez dépendante au tabac ou à l’alcool, si vous consommez des drogues, même occasionnellement, ou si vous avez recours à l’automédication, parlez-en ouvertement à votre sage-femme ou votre médecin traitant !

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 


Sources
: www.inpes.sante.fr - www.cerin.org - www.drogues.gouv.fr

Mise à jour le Vendredi, 17 Décembre 2010 09:32
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…