Je me connecte




Mot de passe oublié ?

L’ostéopathie chez la femme enceinte

ostéopathie

La grossesse soumet l’organisme à de profonds bouleversements. Pendant 9 mois, troubles digestifs, douleurs dorsales et autres désagréments émailleront votre quotidien. L’ostéopathie peut vous aider à préserver votre santé, préparer l’accouchement et retrouver un équilibre après la naissance du bébé.

L'ostéopathie en quelques mots…

Cette pratique très ancienne permet de prévenir, diagnostiquer et traiter les restrictions de mobilité des structures du corps (articulations, muscles et autres organes).


Pour les ostéopathes, ces "blocages" (d'origine traumatique ou posturale) sont susceptibles d'altérer le bon fonctionnement de notre corps. Leur objectif ne se limite pas à soulager les symptômes : il s'agit avant tout de traiter la cause.


Les ostéopathes ne se servent que de leurs mains : ils n'utilisent pas d'instruments et ne prescrivent pas de médicaments.


Les gestes ostéopathiques sont précis et minutieux. La mobilisation des structures osseuses, des articulations et des organes n'est jamais forcée. Au cours de la séance, le praticien se contentera parfois d'apposer ses mains sur une partie de votre corps : vous aurez l'impression qu'il ne se passe rien…et pourtant ça marche !


Les ostéopathes disposent d'un éventail de techniques qu'ils choisissent en considérant le patient dans sa globalité et pas seulement en fonction de la zone à traiter.


Malgré son nom évocateur, l'ostéopathie ne se limite pas au traitement des problèmes "mécaniques" (osseux, articulaires, musculaires…), mais peut apporter une solution à divers troubles "fonctionnels" (digestifs, urinaires, neuro-végétatifs…). Elle s'adresse aux patients de tous âges (nourrissons, enfants, adultes, personnes âgées) et les femmes enceintes ne font pas exception.


Les ostéopathes "sérieux" connaissent les limites de leur art et ne prétendent pas guérir toutes les maladies. Certaines ne font pas partie de leur domaine d'activité : par exemple, les infections, les cancers, les infarctus, les urgences chirurgicales ou d'autres pathologies graves. Mais à titre palliatif, quelques séances peuvent parfois aider à soulager ces patients (douleurs, fatigue…).


Bien que qualifiée couramment de médecine douce, l'ostéopathie présente quelques contre-indications. Certaines concernent tous les patients (fragilité osseuse, articulaire ou vasculaire, troubles de la coagulation du sang, phlébite, glaucome non contrôlé, etc…), d'autres sont spécifiques de la femme enceinte (placenta mal positionné, hypertension, fissure de la poche des eaux, etc…).


Ne vous inquiétez pas, un ostéopathe dument formé ne vous "manipulera pas à l'aveugle" et ne vous fera courir aucun risque. Et avant de consulter, parlez-en à votre gynécologue ou votre sage-femme !

Une réglementation précise…

Depuis 2007, plusieurs décrets encadrent l'exercice de l'ostéopathie en France.


L'usage du titre professionnel d'ostéopathe est limité :

- Aux titulaires d'un diplôme d'ostéopathe délivré par un établissement agréé (6 années d'études).

- Aux médecins, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes et infirmiers titulaires d'un diplôme d'ostéopathe obtenu dans une faculté de médecine (2 années d'études).


Seuls les ostéopathes appartenant à cette seconde catégorie sont autorisés à pratiquer des touchers pelviens et des manipulations gynéco-obstétricales.


Les mobilisations du rachis cervical ne peuvent être réalisées qu'après diagnostic d'un médecin (certificat médical obligatoire), de même pour certaines manipulations chez le nourrisson (crâne, face et rachis).


Attention : ne confondez pas le chiropracteur (qui pratique des manipulations de la colonne vertébrale et des articulations) avec l'ostéopathe dont l'approche est globale et… beaucoup plus douce !


L'ostéopathe pourra intervenir à chaque étape de votre grossesse, en complément du suivi assuré par le médecin et la sage-femme, avec lesquels il devra travailler en étroite collaboration.

Avant d'être enceinte…

Les ostéopathes conseillent de consulter avant de mettre une grossesse en route. En fonction des problèmes trouvés, 2 ou 3 séances suffisent généralement pour rééquilibrer l'organisme et le préparer à accueillir le bébé.


Des traumatismes (mêmes minimes et anciens) ou de mauvaises postures peuvent suffire à perturber le fonctionnement harmonieux du corps, avec une incidence sur la conception et le déroulement de la grossesse.


Mais n'oubliez pas : l'ostéopathie ne fait pas de miracles, ne saurait vous garantir contre tout problème et ne vous dispense pas des consultations médicales classiques !

Soulager certains maux de la grossesse…

L'ostéopathie peut traiter toute une série de troubles fréquents chez la femme enceinte. Cette alternative thérapeutique est d'autant plus intéressante que de nombreux traitements médicamenteux (anti-inflammatoires, par exemple) sont contre-indiqués pendant la grossesse.


Les problèmes pouvant bénéficier efficacement de séances d'ostéopathie sont notamment : les douleurs mécaniques (cervicalgies, dorsalgies, lombalgies, sciatiques, et douleurs ligamentaires), les troubles digestifs (nausées, brûlures d'estomac et constipation), les gênes urinaires, les jambes lourdes et le stress.


Le nombre de séances nécessaires est variable : dans certains cas, une seule suffit, mais il en faut parfois deux ou trois espacées de quelques semaines. Certains ostéopathes recommandent un contrôle systématique tous les deux ou trois mois, même en l'absence de problème particulier.

Attention : certains symptômes survenant pendant la grossesse peuvent correspondre à des pathologies potentiellement graves (infection, hypertension…) qui nécessitent un traitement médicamenteux et pour lesquelles l'ostéopathie n'est pas indiquée.


Par ailleurs, les séances d'ostéopathie ne vous dispensent pas des consultations, avec le médecin ou la sage-femme, pour le suivi obstétrical régulier.

Préparer l'accouchement…

Les séquelles de traumatisme du bassin ou les antécédents de lombalgies, par exemple, peuvent perturber le bon déroulement de l'accouchement.


Par son travail spécifique, l'ostéopathe vérifiera, et rétablira si nécessaire, la bonne mobilité du bassin et de la colonne vertébrale. Dans certains cas, il pourra aussi agir sur la tonicité du périnée, le positionnement du bébé ou les spasmes utérins.


L'ostéopathie contribuera à vous mettre dans les meilleures conditions pour accoucher, mais ne remplacera pas les séances, plus globales, de "préparation à la naissance" réalisées par la sage-femme ou le gynécologue.

Après la naissance…

Les ostéopathes recommandent une visite environ 6 à 8 semaines après l'accouchement. D'une part l'utérus aura repris sa taille normale et vous aurez retrouvé du tonus, d'autre part la consultation postnatale aura permis de vérifier l'absence de tout problème majeur.


Même si vous ne présentez aucun symptôme particulier, l'ostéopathe réalisera un rééquilibrage de votre corps : notamment le bassin, la colonne vertébrale et l'utérus qui ont été mis à rude épreuve pendant 9 mois, mais aussi les organes comprimés par le foetus (intestin, estomac, diaphragme…).


L'ostéopathie permettra de soulager des douleurs résiduelles (lombaires, pelviennes…), généralement après une césarienne, une épisiotomie, une péridurale ou un accouchement difficile.


D'autres troubles fréquents après l'accouchement pourront aussi bénéficier d'un traitement ostéopathique : par exemple, les troubles du sommeil, la fatigue ou même le "baby blues".


L'ostéopathie contribuera à vous remettre en forme après la naissance de bébé, mais ne se substituera pas aux consultations médicales et aux séances de rééducation périnéale.

Sur le plan pratique…

Premier conseil : si vous avez peur et si vous allez chez l'ostéopathe "à reculons", passez votre chemin ! Les séances risquent de ne pas être efficaces…


Avant de consulter un ostéopathe, demandez l'avis de votre médecin traitant, de votre gynécologue ou de votre sage-femme : ils vous confirmeront que vous ne présentez pas de contre-indication et sauront vous adresser à un praticien de confiance.


Comme nous l'avons déjà évoqué, le nombre de séances avant, pendant ou après la grossesse dépendra des problèmes que vous présentez.


Chaque consultation dure entre 45 minutes et 1 heure : l'ostéopathe pratique un interrogatoire et un examen approfondis avant de passer au traitement proprement dit.


L'amélioration des symptômes est parfois retardée de quelques jours après la séance. Des réactions secondaires modérées (douleurs, fatigue…) peuvent exister, mais elles disparaissent en général rapidement.


Les honoraires ne sont pas réglementés et varient selon le praticien (de 30 à 100 €, voire plus). Ils ne sont pas pris en charge par l'Assurance Maladie, mais certaines mutuelles proposent un forfait "ostéopathie" annuel.


Pratiquée dans les règles de l'art, l'ostéopathie ne présente aucun danger pour la maman et son bébé. Elle constitue une alternative ou un complément pour soulager certains maux de la grossesse, sans pour autant apporter des solutions à tous les problèmes. Et n'oubliez pas : elle ne peut remplacer, en aucun cas, le suivi obstétrical régulier réalisé par votre médecin ou votre sage-femme…



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)



Sources : www.sfdo.info - www.osteopathie-france.net - www.osteopathy.org - www.medicalnewstoday.com

Mise à jour le Dimanche, 31 Octobre 2010 08:05
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…