Je me connecte




Mot de passe oublié ?

L' accouchement par les voies naturelles

accouchement

Après 9 mois émaillés de joies, de rêves et d'inquiétudes, ce moment tant attendu, mais parfois redouté, arrive enfin ! En l'absence de problèmes bien spécifiques, comme pour 8 femmes sur 10, votre accouchement se déroulera par les voies naturelles, en 3 étapes : le travail, l'expulsion et la délivrance…

Les signes annonciateurs…

Plusieurs signes peuvent annoncer l'accouchement : ils surviennent habituellement dans l'ordre, mais ne sont pas toujours constants.

 

La perte du bouchon muqueux correspond à l'élimination de la glaire cervicale, de couleur rosée, qui ferme le col de l'utérus tout au long de la grossesse. Elle peut se produire de quelques heures à deux semaines avant l'accouchement ! Isolé, cet événement n'impose pas un départ immédiat à la maternité.

 

Les contractions utérines sont généralement plus fréquentes en fin de grossesse, mais quand elles deviennent douloureuses (dans le bas ventre et/ou les reins) et régulières (toutes les 20 mn, puis de plus en plus rapprochées), cela signe le début du travail.

 

La rupture de la poche des eaux se produit habituellement après le début des contractions utérines, mais peut également les précéder. Cette rupture spontanée des membranes entraîne l'écoulement du liquide amniotique (qui entoure le foetus) par le vagin. Plus ou moins abondantes, ces pertes sont normalement claires et transparentes.

 

L'heure du départ à la clinique ou à l'hôpital a sonné !

Faites-vous accompagner et si vous êtes seule, prenez un taxi ou une ambulance. En cas d'extrême urgence, appelez le 15 (SAMU) ou le 18 (pompiers).

L'arrivée à la maternité…

Sauf en cas d'urgence, vous commencerez par les formalités administratives d'admission : n'oubliez pas les documents utiles (carte vitale, carte de mutuelle, carnet de maternité, ordonnances, livret de famille, etc…) !

 

Vous serez ensuite prise en charge par l'équipe médicale.

 

Diverses informations seront notées : les contractions (début, fréquence, durée), la rupture de la poche des eaux (heure, couleur du liquide) et l'heure de votre dernier repas.

 

On vous demandera aussi de confirmer si vous désirez ou non une péridurale. L'examen clinique permettra de contrôler le pouls, la tension artérielle et la température, de vérifier la position du bébé et l'ausculter, de mesurer la hauteur de l'utérus et la dilatation du col.

 

Des examens biologiques, ainsi qu'un enregistrement du rythme cardiaque foetal et des contractions utérines, complètent ce bilan.

 

A l'issue de ces premiers examens, si le col de l'utérus est suffisamment dilaté (2 à 3 cm) vous passerez directement en salle de travail.

 

Si la sage-femme estime que le travail n'a pas commencé ou n'en est qu'au tout début , vous serez installée dans une pièce calme, près de la salle d'accouchement, et où le papa pourra vous accompagner, en attendant que la dilatation progresse.

Le passage en salle de travail…

Vous serez installée sur la table d'accouchement, entourée d'appareils destinés à votre surveillance médicale et celle de votre bébé.

 

Une perfusion sera mise en place : elle permettra de vous hydrater pendant le travail et de vous administrer des médicaments, si nécessaire.

 

Si vous avez souhaité une péridurale, l'anesthésiste la posera à ce moment-là.


Toutes les informations médicales de contrôle seront régulièrement notées sur une fiche appelée "partogramme" : tension artérielle, pouls, contractions utérines, dilatation du col, position du bébé, médicaments utilisés, etc…

 

Un appareil de monitoring permettra d'enregistrer en continu les battements du coeur du foetus et les contractions utérines.

 

Ainsi, vous serez sous haute surveillance pendant toute la durée de l'accouchement !


Celui-ci se déroulera en 3 phases successives : le travail (contraction de l'utérus), l'expulsion (sortie du bébé) et la délivrance (expulsion du placenta).

Le travail…

Cette phase dure en moyenne 8 heures pour un premier bébé, et un peu moins longtemps lors des grossesses suivantes.

 

Sous l'effet des contractions, le col de l'utérus va progressivement se raccourcir, s'effacer et ensuite s'ouvrir par à coups : c'est ce que l'on appelle la dilatation.

 

Dans le même temps le foetus sera progressivement propulsé vers le bas.

 

Si la poche des eaux ne s'est pas rompue spontanément, la sage-femme le fera artificiellement quand la dilatation atteindra 4 ou 5 cm.

 

Les exercices de respiration, appris lors de la préparation à la naissance, vous soulageront, surtout si vous n'êtes pas sous péridurale.

 

Les contractions deviendront plus intenses, plus fréquentes et plus longues au fur et à mesure de l'avancée du travail, jusqu'à la dilatation complète (10 cm) qui annonce la deuxième étape de l'accouchement…

L'expulsion…

Cette phase est la plus astreignante : vous devrez pousser, en contractant vos muscles abdominaux, pour permettre l'expulsion du bébé.

 

15 à 30 minutes assez fatigantes, mais la sage-femme vous assistera et vous donnera les explications nécessaires pour que tout se passe au mieux.

 

Les techniques (physiques et psychiques) enseignées lors des séances de préparation à la naissance vous aideront beaucoup : ne "zappez" pas les cours !

 

Vos efforts de poussée, ajoutés aux contractions de l'utérus, permettront au bébé de traverser votre bassin (engagement) et le périnée.

 

Lors d'un accouchement "normal", le bébé progresse avec la tête la première et baissée(présentation du sommet).

 

Quand la tête du bébé arrivera au niveau de la vulve et commencera à la franchir, la sage-femme vous demandera de ne plus pousser. Elle dégagera alors la tête du bébé, puis les épaules et le reste du corps glissera sans difficulté.

 

Le bébé sera alors posé sur votre ventre (pour le réchauffer et le rassurer) et le cordon sera coupé entre deux pinces. Bien que fragile, le nouveau-né sera autonome dès sa sortie : il respirera avec ses poumons et n'aura plus besoin du placenta. Attention : il ne criera pas nécessairement de suite, ne vous inquiétez pas !

 

Parfois, les muscles du périnée ne sont pas suffisamment souples et risquent de se déchirer au passage de la tête. La sage-femme ou l'obstétricien devront alors pratiquer alors une épisiotomie : il s'agit d'une incision chirurgicale agrandissant l'ouverture du vagin.

 

Si le bébé supporte mal cette phase d'expulsion (signes anormaux sur le monitoring) ou si la maman se fatigue trop et ne peut fournir les efforts nécessaires, l'obstétricien pourra pratiquer une extraction instrumentale (forceps, spatules ou ventouses).

 

Bébé est là, mais tout n'est pas fini : la sage-femme doit s'occuper du placenta…

La délivrance…

Cette dernière phase de l'accouchement correspond à l'expulsion de ce qui reste dans l'utérus après la sortie du bébé : il s'agit des membranes et du placenta.

 

Dans les 15 à 30 minutes qui suivent la naissance, vous allez ressentir de nouvelles contractions utérines. Le placenta va se décoller, entrainant des saignements, et va être expulsé.

 

La sage-femme ou l'obstétricien accompagneront la délivrance en appuyant sur votre ventre avec les mains, au-dessus du pubis et au niveau du fond de l'utérus, pour aider le placenta à sortir.

 

Le cordon ombilical sera ensuite vérifié, de même que l'utérus pour être sûr que rien ne soit resté à l'intérieur (restes de placenta) et qu'il soit bien rétracté (pour cicatriser).

 

Enfin, si une épisiotomie a été pratiquée, elle sera suturée à ce moment-là.

La surveillance juste après la naissance…

Pendant environ 2 heures vous serez surveillée près de la salle d'accouchement.

 

L'équipe médicale contrôlera notamment la température, le rythme cardiaque, la tension artérielle, l'intensité des douleurs et la survenue d'éventuels saignements : toute complication pourra ainsi être détectée.

 

Ce moment de calme, après l'intensité de l'accouchement, vous détendra et facilitera les premiers échanges avec votre bébé, en compagnie du papa.

 

Si vous souhaitez allaiter, votre enfant pourra être mis au sein pendant cette phase transitoire.

 

Si tout se passe bien, vous pourrez regagner votre chambre où soins et surveillance seront poursuivis : une nouvelle vie commencera !

Le cas particulier de l'accouchement provoqué…

Il peut arriver que pour raison médicale ou convenance personnelle, on vous propose de déclencher votre accouchement juste avant le jour où celui-ci se ferait spontanément.

 

Dans ce cas-là, vous serez examinée régulièrement en fin de grossesse, pour surveiller les modifications du col de l'utérus : quand les conditions seront remplies pour accoucher, vous serez prévenue du jour de la programmation (24 à 72 heures à l'avance).

 

En cas de dépassement du terme (au-delà de 41 semaines d'aménorrhée), le déclenchement sera décidé systématiquement, quel que soit l'état du col.

 

A votre arrivée à la maternité, vous serez prise en charge par l'équipe médicale comme pour un accouchement normal, mais ensuite les contractions seront déclenchées par un médicament (ocytocine) administré en perfusion.

Les éventuelles complications…

Rassurez-vous : dans la grande majorité des cas, un accouchement se déroule normalement.

 

Le suivi régulier tout au long de la grossesse et l'examen lors de l'admission permettent d'anticiper un certain nombre de difficultés. Et grâce à l'étroite surveillance dont vous ferez l'objet pendant l'accouchement, ainsi que votre bébé, l'équipe médicale pourra intervenir au moindre problème.

 

Des complications imprévisibles peuvent survenir à chaque phase de l'accouchement, nécessitant une prise en charge spécifique (traitement médical, transfusion sanguine, manoeuvre obstétricale, geste chirurgical, voire recours à une césarienne). Il peut s'agir, notamment, d'une présentation anormale du foetus (front, face, épaule ou siège) ou d'une souffrance de celui-ci, d'une compression du cordon ombilical ou d'un enroulement autour du cou du bébé, de contractions utérines inefficaces, d'une déchirure du périnée, d'une infection, d'un placenta qui ne se décolle pas ou d'une hémorragie survenant pendant la délivrance.

 

Les accouchements survenant de façon inopinée posent évidemment des problèmes particuliers.

 

Quant aux accouchements prématurés, en fonction du terme, leurs conséquences pour l'enfant seront variables et nécessiteront une prise en charge adaptée.

L'accouchement, épreuve ultime avant l'arrivé de bébé, signe la fin de la grossesse, mais aussi le début d'une merveilleuse aventure… Ne vous inquiétez pas : toute l'équipe médicale vous guidera et vous surveillera pour que vous puissiez vivre ce merveilleux moment le plus sereinement possible !

 

 

Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)

 

 

Sources : www.cngof.asso.fr - www-ulpmed.u-strasbg.fr - www.syngof.fr - www.uvp5.univ-paris5.fr

Mise à jour le Vendredi, 07 Janvier 2011 13:18
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…