Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Quelle position pour accoucher ?

Quelle position pour accoucher

De l’Antiquité jusqu’au XVIIIème siècle, les femmes accouchaient debout pour faciliter la descente du bébé. De nos jours, s’allonger pour donner naissance à son enfant est la pratique la plus répandue. Mais de plus en plus de maternités proposent d’autres positions : sur le côté, assise, debout… A condition qu’il n’existe pas de contre-indication médicale connue, c’est à vous de choisir !

En position gynécologique…

Dans les pays occidentaux, la majorité des femmes accouchent ainsi.


Vous êtes sur le dos, allongée ou demi-assise, avec les jambes posées sur des étriers et les cuisses écartées.


C’est la position préférée de obstétriciens car elle est la plus adaptée en cas d’accouchement médicalisé. Elle leur facilite la tâche pour installer le monitoring, poser des perfusions, surveiller le travail et le bon déroulement des différentes manoeuvres. Elle est notamment indiquée en cas d’utilisation des forceps, de césarienne, d’épisiotomie et plus généralement pour tous les accouchements difficiles.


Elle vous permet de vous reposer pendant le travail, et est plus confortable au moment de l’expulsion.


Mais elle n’aide pas la descente et la sortie de bébé. D’une part, il a du mal à s’infiltrer dans le bassin, car le sacrum (os qui relie la colonne vertébrale au bassin) manque de mobilité. D’autre part, il n’y a pas l’action facilitatrice de la pesanteur.


Par ailleurs, en étant allongée sur le dos, tout le poids de votre utérus pèse sur les vaisseaux et la circulation sanguine se fait moins bien. Notamment la veine cave, qui achemine le sang vers le coeur, est très comprimée.

Sur le côté…

Dans ce cas, vous êtes allongée sur le côté gauche, avec la jambe droite pliée sur la poitrine et posée sur un étrier.


Ce qui permet de libérer la veine cave, évoquée précédemment, d’améliorer la circulation sanguine, et donc d’assurer une meilleure oxygénation pour vous et votre bébé.


Par ailleurs, le sacrum n'est pas comprimé et le bassin est souple : le bébé peut ainsi se positionner et descendre plus facilement.


Mais si l’accouchement dure longtemps, cette position peut devenir inconfortable pour les hanches.


Et il n’y a pas non plus d’action facilitatrice de la pesanteur.

Assise…

Vous êtes installée sur un ballon, un banc de naissance, un lit ou à califourchon sur une chaise.


Cette position atténue les douleurs dorsales et assure au bassin une plus grande liberté de mouvement.


La pesanteur aide le bébé à mieux se placer dans votre bassin, à s’engager et à descendre.


Mais accoucher assise vous demandera des efforts importants.


Et sachez que cette position entraîne une forte pression, déconseillée si vous avez un périnée fragile ou des hémorroïdes.

Accroupie…

La différence avec la position assise est l’absence d’appui sur les fesses : vos genoux sont très fléchis et le poids de votre corps est supporté par les pieds.


Si vous agrippez vos mains à une barre de suspension (ou aux bras du papa s’il assiste à l’accouchement), cela vous aidera à maintenir cette position, qui risque de vous fatiguer à la longue.


Les mouvements du bassin et le relâchement du périnée sont facilités.


L’effet de la gravité favorise l’engagement et la descente du bébé.


Mais parfois, celui-ci risque ne pas avoir assez de place pour bouger s’il est mal placé.


Et il vaut mieux éviter cette position, si vous avez un périnée fragile ou des hémorroïdes.

A quatre pattes ou à genoux…

Ce sont deux variantes très proches. Si vous êtes à genoux, votre buste est relevé et vous appuyez vos bras sur un ballon ou une chaise. Et si vous êtes à quatre pattes... inutile de vous faire un dessin !


Ces positions favorisent l’ouverture du bassin et les mouvements du sacrum.


Elles entraînent généralement une diminution des douleurs du bas du dos.


L’effet de la pesanteur aide le bébé à se placer dans la bonne direction.


Mais si vos abdominaux manquent de tonus, ces positions sont fortement déconseillées.


Et sachez qu’en fin de travail, vos genoux, vos poignets et vos mains risquent de souffrir.

Debout…

Cette position est rarement pratiquée en France.


Elle permet de diminuer les douleurs dans le bas de votre dos.


L’effet de la pesanteur aide le bébé à descendre et à mieux se placer dans votre bassin.


Vous disposez d’une grande liberté de mouvement : vous pouvez marcher, vous étirer ou vous balancer… comme bon vous semble !


Et vous restez ainsi très proche du papa pendant l’accouchement.


Mais cette position peut être difficile à tenir en fin de travail, sauf si vous avez une bonne force musculaire.

Il n’existe pas de solution idéale qui convienne à toutes les femmes. Les positions “non conventionnelles” apportent souvent plus de confort à la future maman et préservent le périnée. Mais si une difficulté se présente pendant l’accouchement, souffrance du foetus ou autre, l’équipe médicale doit pouvoir pratiquer certaines manoeuvres le plus rapidement possible : la position gynécologique est alors la plus favorable. Parlez-en avec votre sage-femme ou votre obstétricien, pour choisir la position la plus adaptée à votre situation !


Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)


Sources : www.cngof.asso.fr - www.aspq.org - www.mayoclinic.com - www.perinat.com


Mise à jour le Lundi, 01 Juillet 2013 10:12