Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Désagréments et petits maux pendant la grossesse…

Desagrements

La grossesse n'est pas une maladie ! Mais pendant 9 mois, sous l'influence des hormones, votre corps se transforme et réagit plus ou moins bruyamment. De la constipation aux vergetures, en passant par les lombalgies ou les nausées : visite guidée de A à Z…

A

Acné

Les fortes sécrétions hormonales, survenant en cas de grossesse, modifient la nature de la peau et stimulent notamment la sécrétion de sébum.


Vous risquez donc d'avoir la peau plus grasse, et même de voir resurgir le cauchemar de votre adolescence : l'acné !


Des points noirs, des microkystes ou des boutons rouges inflammatoires peuvent apparaître sur le visage ou dans le dos.


Il est important d'avoir une bonne hygiène de peau pendant la grossesse, a fortiori si vous avez tendance à faire de l'acné en temps ordinaire : utilisez de préférence un savon doux surgras pour vous laver le visage, privilégiez les démaquillants et autres produits de soins qui ne bouchent pas les pores.


Ne faites pas d'automédication : de nombreux médicaments, notamment ceux contenant de la vitamine A acide, sont contre-indiqués pendant la grossesse.


N'hésitez donc pas à consulter votre dermatologue ! Il vous prescrira un traitement efficace et adapté à la femme enceinte.

Anxiété

Les modifications hormonales, physiques et fonctionnelles de la grossesse, ainsi que la nouvelle vie qui s'annonce, sont naturellement sources d'inquiétude, voire d'anxiété, chez la plupart des femmes enceintes.


L'anxiété apparaît en début de grossesse, se calme généralement au deuxième trimestre et se manifeste à nouveau à l'approche de l'accouchement.


L'entretien prénatal précoce du premier trimestre permet de déceler une fragilité psychologique, voire des antécédents psychiatriques, nécessitant une prise en charge spécialisée.


Lors des consultations mensuelles de suivi de la grossesse, l'écoute et le dialogue sont fondamentaux et suffisent souvent à calmer l'anxiété en dédramatisant la situation.


Les cas les plus sévères peuvent nécessiter le recours à une psychothérapie.


La prudence s'impose pour l'emploi des médicaments, en raison des risques graves encourus par le bébé : jamais d'automédication !


Les médecines douces (acupuncture, homéopathie) peuvent apporter une aide précieuse.

B

Brûlures d'estomac

Elles sont fréquentes et peuvent se manifester tout au long de la grossesse.


La progestérone agit sur la musculature du tube digestif et favorise le reflux du liquide gastrique vers l'oesophage. Par ailleurs, au troisième trimestre, l'utérus qui se développe exerce une pression sur l'estomac et amplifie le phénomène.


Quelques mesures simples permettent de diminuer l'importance des remontées acides : fractionner les repas, éviter les aliments épicés, acides ou trop gras, supprimer le café et les boissons gazeuses, ne pas s'allonger juste après le repas et dormir avec des oreillers en position semi-assise.


Si cela ne suffit pas, consultez votre médecin qui vous prescrira un traitement adapté. Les symptômes disparaissent généralement après l'accouchement.

C

Caries

Les femmes enceintes sont plus sujettes aux caries : plusieurs facteurs expliquent ce phénomène et justifient les mesures de prévention (hygiène rigoureuse et contrôles réguliers).


La progestérone, hormone sécrétée en grande quantité, modifie la composition de la salive et diminue son rôle protecteur.


La multiplication dans la bouche d'une bactérie particulière (streptococcus mutans), impliquée dans la formation des caries, est observée pendant la grossesse.


Les vomissements entraînent un dépôt d'acide gastrique sur l'émail des dents, avec possibilité d'érosion.


De plus, les grignotages fréquents favorisent aussi les caries : limitez les sucreries !


Durant la grossesse, les dentistes préfèrent se limiter aux interventions indispensables : mais rassurez-vous, le traitement des caries peut être réalisé en toute sécurité !


Et attention : en cas de douleurs, seul le paracétamol (Doliprane, Dafalgan…) est autorisé.

Constipation

Problème fréquent pour de nombreuses femmes, la constipation ne s'améliore pas avec la grossesse, bien au contraire : plus de 50% des futures mamans s'en plaignent !


L'augmentation du taux de progestérone, la réduction de l'activité physique et la compression des intestins par l'utérus sur l'appareil digestif expliquent ce phénomène.


Outre l'inconfort procuré, la constipation a tendance à aggraver les crises hémorroïdaires et expose au risque de fécalome (sorte de bouchon qui doit être évacué manuellement).


Quelques mesures simples doivent pouvoir vous aider : choisir une alimentation riche en fibres (fruits, légumes, céréales complètes…), boire 2 litres par jour (en privilégiant les eaux riches en magnésium) et conserver une activité physique régulière.


Si cela ne suffit pas, consultez votre médecin qui vous prescrira un laxatif adapté.

Crampes

Ces contractions musculaires involontaires et douloureuses, localisées au niveau des mollets, survenant plutôt la nuit, se manifestent surtout au troisième trimestre de la grossesse.


Pour faire céder la crampe, il faut étirer les muscles concernés : soit manuellement, soit en marchant sur la pointe des pieds (de préférence sur un sol froid).


En prévention, buvez abondamment des eaux riches en magnésium.


Si les crampes sont très fréquentes ou cèdent de plus en plus difficilement, parlez-en à votre médecin : elles peuvent révéler un problème sous-jacent (déficit en calcium ou potassium, problème veineux ou neurologique…) nécessitant un prise en charge spécifique.


En l'absence de cause particulière , certains traitements sont éventuellement prescrits : par exemple du magnésium ou de la vitamine B6. Mais ne faites pas d'automédication !

D

Démangeaisons

Dénommées "prurit" dans le jargon médical, elles constituent un symptôme assez classique pendant la grossesse, mais peuvent être très inconfortables. Selon leur origine, elles s'accompagnent ou non d'une éruption.


Diverses causes, plus ou moins bénignes, sont à l'origine de ces démangeaisons. Il peut s'agir d'un dysfonctionnement du foie (cholestase hépatique qui s'accompagne parfois d'un ictère, communément appelé jaunisse) ou de maladies dermatologiques spécifiques de la grossesse. Il peut s'agir aussi d'une allergie, d'une parasitose ou d'autres problèmes non caractéristiques de la femme enceinte.


Pas d'automédication ! Vous devez impérativement consulter votre médecin qui fera un diagnostic précis, vous prescrira le traitement adapté et surveillera l'évolution pour éviter tout risque pour le bébé.


Douleurs du bassin

Ces douleurs, appelées "Syndrome de Lacomme", apparaissent généralement au troisième trimestre de la grossesse : elles sont dues à la distension des ligaments pelviens et la pression de la tête du foetus.


Elles démarrent au niveau du pubis, irradient dans le périnée, le ventre, voire les fesses, et peuvent gêner la marche.


Le traitement consiste en un repos strict associé à la prise de paracétamol, et la guérison intervient juste après l'accouchement.


Attention ! L'examen par un médecin est indispensable pour éliminer une autre problème pouvant donner des douleurs similaires : menace d'accouchement prématuré, appendicite, colique néphrétique, infection urinaire ou gynécologique, etc…

E

Essoufflement

Au dernier trimestre, l'utérus remonte de plus en plus et repousse le diaphragme, diminuant l'espace réservé aux poumons qui ne peuvent plus se dilater au maximum.


Vous risquez de vous essouffler beaucoup plus rapidement qu'avant, d'autant que votre consommation d'oxygène augmente pour subvenir aux besoins de bébé.


En fin de grossesse, évitez les efforts physiques trop importants et apprenez à respirer calmement ! Soyez patiente, la gêne diminuera dès que votre bébé commencera à descendre dans votre bassin.


Mais attention : si les difficultés respiratoires deviennent trop invalidantes, consultez votre médecin ! Il recherchera une éventuelle pathologie (anémie, problème cardiaque, pulmonaire…) nécessitant un traitement spécifique, et vous rassurera si tout est normal.

F

Fourmillements

Le "syndrome du canal carpien" se manifeste par des fourmillements et des engourdissements des doigts, avec parfois une diminution de la sensibilité ou de la force musculaire, voire des douleurs irradiant dans l'avant-bras.


Ce problème n'est pas spécifique de la grossesse, mais celle-ci le favorise : la rétention d'eau d'origine hormonale aggrave la compression du nerf médian au niveau du poignet.


En général, les symptômes régressent spontanément après l'accouchement.


Cependant, si vous êtes trop gênée pendant la grossesse, parlez-en à votre médecin qui vous adressera à un spécialiste.

G

Gingivite

C'est une inflammation de la gencive qui devient rouge, légèrement gonflée et douloureuse, avec des saignements répétés au moindre contact.


Chez les femmes enceintes qui ont une bonne hygiène bucco-dentaire, ce phénomène reste en général modéré et régresse le plus souvent après l'accouchement.


Par contre, la plaque dentaire (pellicule blanche ou jaunâtre, constituée de débris alimentaires et de bactéries) et le tartre aggravent les symptômes.


En l'absence de traitement, une maladie parodontale peut se développer : il existe alors une destruction de l'os et une mobilité de la dent aboutissant souvent à sa perte.


Attention : les maladies parodontales augmentent les risques d'accouchement prématuré et continuent d'évoluer après la naissance du bébé.


L'absence de soins peut entrainer aussi l'apparition, entre deux dents, d'une tuméfaction bénigne, arrondie, rouge et saignant facilement. Cette lésion, appelée "épulis", régresse souvent après l'accouchement, mais en cas de gêne importante un traitement local sera nécessaire.

H

Hémorroïdes

Elles correspondent à une dilatation permanente des veines situées autour de l'anus : c'est l'équivalent des varices au niveau des jambes.


Les hémorroïdes se présentent sous forme de petites boules qui peuvent créer des démangeaisons, être douloureuses ou même saigner, notamment lorsque vous allez à la selle.


Elles sont dues à une mauvaise circulation veineuse indépendante de la grossesse, mais elles sont aussi favorisées par l'augmentation du volume de l'utérus qui gêne le retour veineux au 3ème trimestre de grossesse.


La constipation les aggrave : il faut donc absolument la combattre (voir le paragraphe consacré à ce sujet). Et pensez à éviter les plats épicés !


Les bains de siège peuvent apporter un soulagement.


Mais si elles vous gênent trop, votre médecin vous prescrira un traitement local et des veinotoniques. En cas de complication (par exemple une thrombose avec de violentes douleurs), l'intervention d'un spécialiste sera nécessaire.

I

Insomnies

Les troubles du sommeil sont fréquents au premier trimestre et en fin de grossesse. Au début, les insomnies sont d'autant plus gênantes qu'elles sont le plus souvent associées à des nausées, et elles contrastent avec la somnolence diurne.


Au troisième trimestre, le sommeil peut être aussi perturbé : difficile de trouver une bonne position avec votre ventre qui s'arrondit, sans compter les inquiétudes qui augmentent à l'approche de l'accouchement.


Une bonne hygiène de vie vous aidera : activités physiques (marche, natation), exercices de relaxation, alimentation légère le soir, chambre bien aérée et literie confortable.


Parlez-en à votre médecin avant d'accumuler trop la fatigue : il vous prescrira éventuellement un traitement compatible avec la grossesse ou vous orientera vers les médecines douces (homéopathie, acupuncture, phytothérapie). Encore une fois, pas d'automédication, même avec des "plantes" !

M

Malaises

La grossesse entraîne une baisse de la tension artérielle et une accélération du coeur, avec possibilité de petits vertiges, surtout si vous avez une activité professionnelle et une vie familiale très prenantes. Si vous sentez que "ça tourne", allongez-vous avec les jambes surélevées dans un endroit bien aéré : tout devrait rapidement rentrer dans l'ordre, sinon appelez un médecin. A titre préventif, ménagez-vous et apprenez à vous reposer !


Si les malaises ou la fatigue s'aggravent, n'hésitez pas à consulter ! Votre médecin recherchera une éventuelle complication nécessitant une prise en charge spécifique : tension trop basse, dénutrition due aux nausées, anémie, diabète, manque de calcium, problème obstétrical (grossesse extra-utérine, fausse couche…) ou psycho-social (pénibilité ou stress au travail, problèmes familiaux, dépression…).

Mal de dos

Plus d'une femme enceinte sur deux en souffre, généralement à partir du deuxième trimestre, et tout rentre dans l'ordre après l'accouchement.


Plusieurs phénomènes expliquent l'apparition de ces douleurs : le relâchement ligamentaire, l'accentuation de la cambrure entraînée par l'augmentation du volume de l'utérus et la prise de poids.


Quelques mesures simples doivent être prises : choisissez une bonne literie, évitez les talons hauts, limitez les trajets en voiture, ne prolongez pas la station debout et faites régulièrement du sport (marche, natation, aquagym).


Dans certains cas, des séances de kinésithérapie sont nécessaires, au cours desquelles vous seront aussi enseignées les bonnes postures.


La grossesse limite le choix des médicaments en raison des risques pour le foetus, d'où l'intérêt des médecines douces (acupuncture, ostéopathie, homéopathie).

Et bien sûr : pas d'automédication !

Masque de grossesse

Les modifications de la pigmentation concernent la plupart des femmes enceintes, et plus particulièrement les brunes à peau mate. Les hormones de la grossesse stimulent les cellules pigmentaires dans les parties du corps où elles sont les plus nombreuses.


Le masque de grossesse (appelé aussi mélasma ou chloasma) se présente sous la forme de taches brunes, plus ou moins foncées, et plus ou moins étendues, qui se localisent sur le visage (front, nez, joues et lèvre supérieure). Il apparaît parfois de façon insidieuse avec le bronzage.


D'autres zones sont aussi classiquement concernées par cette augmentation de la pigmentation : le ventre (ligne brune entre le pubis et l'ombilic), les mamelons, les aisselles, la région ano-génitale et les éventuelles cicatrices.


Pour éviter d'aggraver la pigmentation, il est impératif de bien vous protéger du soleil (chapeau, lunettes, T-shirt et crème anti-UV d'indice de protection élevé).


Dans 70% des cas, les tâches régressent dans l'année qui suit l'accouchement. Si elles persistent, consultez un dermatologue qui vous proposera des solutions : crèmes dépigmentantes, peelings…

N

Nausées

Environ 50% des femmes enceintes présenteraient des nausées et des vomissements pendant le premier trimestre de la grossesse.


Ils se déclenchent fréquemment le matin au réveil et immédiatement après la prise d'aliments.


Des facteurs hormonaux et psychologiques seraient à l'origine de ces symptômes.


Bien que banals, ils ne doivent pas être négligés, pour éviter une aggravation de la fatigue, voire une dénutrition, pouvant être néfastes au bon déroulement de la grossesse.


Avant tout, adaptez vos habitudes de vie : fractionnez les repas, n'abusez pas des aliments trop gras, évitez les odeurs ou les saveurs fortes, supprimez le café et fuyez les atmosphères enfumées !


L'acupuncture et l'homéopathie ont toute leur place dans l'arsenal thérapeutique. Plusieurs médicaments allopathiques sont efficaces, mais ne les prenez jamais sans avis médical !


Attention ! Les vomissements de la femme enceinte ne sont pas toujours uniquement liés à la grossesse, mais peuvent révéler une pathologie sous-jacente (appendicite, hépatite, occlusion, etc…), a fortiori s'ils se manifestent après le premier trimestre : parlez-en toujours à votre médecin pour éviter toute complication !

Nez

La sensation de nez bouché est fréquente chez les femmes enceintes. Il peut s'agir d'une "rhinite hormonale", mais votre médecin doit éliminer une autre cause (infection, allergie…) et ne prenez aucun traitement (même des gouttes nasales !) sans son avis.


Par ailleurs, les modifications hormonales de la grossesse fragilisent les capillaires (petits vaisseaux sanguins), ce qui peut favoriser les saignements de nez. S'ils sont importants ou s'arrêtent difficilement, parlez-en à votre médecin. Et dans tous les cas, mouchezvous avec précaution !

O

Oreilles

La sécrétion de cérumen augmente souvent au dernier trimestre de la grossesse, risquant d'obstruer le conduit auditif et même de déclencher une otite.


Les femmes enceintes se plaignent parfois d'une petite baisse de l'audition et d'acouphènes (sifflement permanent dans les oreilles).


Sauf en cas de pathologie particulière surajoutée, tous ces symptômes disparaissent spontanément après l'accouchement.

P

Pertes vaginales

Dès le début de la grossesse, il existe une augmentation physiologique de sécrétions vaginales blanchâtres et plus ou moins épaisses : elles peuvent vous gêner, mais elles sont sans gravité.


Par contre, si elles deviennent très abondantes, colorées, ou si elles sont accompagnées d'une odeur désagréable, de démangeaisons ou de brûlures, il faut craindre une infection vaginale : consultez votre médecin sans tarder !

R

Rougeurs

Des petits points rouges en forme d'étoile, situés sur le visage et le haut du corps, apparaissent parfois pendant la grossesse : ce sont des angiomes stellaires.


Ils régressent généralement après l'accouchement : dans le cas contraire, un traitement au laser (contre-indiqué pendant la grossesse), réalisé par un dermatologue, les fera disparaitre.


Souvent associée aux angiomes stellaires, une rougeur de la paume des mains, plus ou moins étendue, peut apparaitre pendant la grossesse. Elle disparaît spontanément dans les semaines qui suivent l'accouchement.

S

Salivation excessive

Apparaissant au 1er trimestre et pouvant durer pendant toute la grossesse, l'augmentation de la sécrétion de salive peut s'élever jusqu' à 2 litres par jour !


Il n'existe pas de traitement particulier, mais tout doit rentrer dans l'ordre spontanément après l'accouchement.

Somnolence

Souvent présentes pendant le premier trimestre de la grossesse, les envies de "piquer du nez" à tout moment de la journée sont dues à l'effet sédatif de la progestérone.


Essayez de faire des pauses régulières, si possible une petite sieste, et sachez que vous devriez normalement "retrouver du punch" au quatrième mois.

T

Transpiration

La grossesse modifie la régulation de la température du corps, notamment en raison d'une activité accrue de la glande thyroïde. Résultat : vous risquez d'avoir des bouffées de chaleur et surtout de transpirer beaucoup, le jour comme la nuit.


Il n'existe pas de traitement "miracle" ! Prenez votre mal en patience et respectez quelques précautions pour limiter les désagréments : hygiène corporelle minutieuse, épilation soignée, application d'un déodorant, choix de vêtements amples en matières naturelles (coton, lin) et serviette éponge à portée de la main 24 heures sur 24.

Troubles urinaires

L'utérus qui grossit appuyant sur la vessie, vous risquez d'avoir des envies fréquentes d'uriner, voire des petites incontinences à l'effort (parfois juste en toussant, éternuant ou riant).


Attention : les infections urinaires sont fréquentes pendant la grossesse et n'entraînent pas toujours des brûlures !


D'où la nécessité de faire une analyse d'urines tous les mois dans le cadre du suivi de la grossesse.


Bien sûr, n'attendez pas pour consulter votre médecin si les symptômes vous inquiètent.


Et à titre préventif, pensez à boire régulièrement : au moins 1,5 litre par jour !


Quant aux éventuelles "fuites", rassurez-vous, elles sont temporaires et peuvent même être limitées par un renforcement des muscles pelviens.

V

Varices

Pendant la grossesse, les vaisseaux sont fragilisés par l'imprégnation hormonale et ont tendance à se dilater. De plus, en augmentant de volume, l'utérus peut comprimer les veines abdominales profondes et gêner le retour veineux.


Vous risquez de ressentir la sensation de jambes lourdes et les veines peuvent devenir très apparentes, sous forme de varicosités (très fines) ou de varices (plus saillantes).


Des oedèmes peuvent aussi apparaître : ils ne sont pas inquiétants, sauf s'ils s'accompagnent d'une hypertension artérielle (à vérifier régulièrement !).


Il faut éviter la station debout prolongée, les bains chauds et l'exposition au soleil. Quelques mesures simples vous aideront : surélevez le bas de votre lit, douchez vos jambes à l'eau froide et faites régulièrement de l'exercice (marche, natation).


Pour soulager les jambes lourdes, vous pouvez utiliser un gel, une crème ou un spray (plusieurs laboratoires proposent ce type de produit).


Mais n'hésitez pas à consulter un phlébologue !


En fonction de l'état de vos veines, il vous proposera la solution la plus adaptée : médicament veinotonique, bas de contention, sclérose (injection d'un produit dans les veines dilatées)…

Plus rarement, des varices peuvent apparaître au niveau de la vulve, vers le cinquième mois de grossesse, entrainant des douleurs à la marche ou pendant les rapports. Des soins locaux permettent d'apporter un soulagement et la guérison survient le plus souvent après l'accouchement.

Vergetures

Apparaissant chez plus de deux femmes enceintes sur trois, elles sont liées à la distension de la peau, secondaire à la prise de poids, et à des facteurs hormonaux.


L'élasticité de la peau a ses limites : lorsque celles-ci sont dépassées, notamment dans les derniers mois de la grossesse, il existe une rupture des fibres profondes de la peau (collagènes et élastiques) et les vergetures apparaissent.


Elles se présentent sous forme de stries, rouges ou violacées, ressemblant à des cicatrices, localisées principalement sur le ventre, les cuisses et les seins.


Il est recommandé de ne pas les exposer au soleil.


A titre préventif, les spécialistes conseillent d'effectuer quotidiennement, pendant la grossesse, des "palper-rouler" sur les zones à risque (ventre, hanches, cuisses) : il s'agir de "pétrir" délicatement la peau (entre le pouce, l'index et le majeur) avec une crème hydratante ou une crème anti-vergetures, 5 à 10 minutes par jour.


Attention : pensez à ne pas appliquer de crème sur votre ventre dans les jours qui précèdent une échographie !


Après l'accouchement, les vergetures s'estompent généralement en quelques mois, sans disparaître totalement. Si elles restent très disgracieuses, votre dermatologue vous conseillera le traitement le plus adapté.

Y

Yeux

Dans la plupart des cas, la baisse de l'acuité visuelle qui peut survenir pendant la grossesse est temporaire.


Certaines femmes enceintes se plaignent aussi d'avoir les yeux secs : de même, ce phénomène disparaît peu de temps après l'accouchement.


En cas de gêne, les "larmes artificielles" apportent généralement un soulagement (mais n'en mettez pas sans l'avis de votre médecin !).


Si vous portez des lentilles de contact et qu'elles deviennent inconfortables, mieux vaut adopter les lunettes jusqu'à la naissance bébé.


Les paupières peuvent parfois être gonflées ou plus rarement se relâcher (ptosis).


Attention ! Des troubles de la vision sont parfois le signe d'une maladie générale (hypertension, diabète, etc…) pouvant compliquer le bon déroulement de la grossesse : pensez à les signaler à votre médecin !

Z

Zéro alcool et zéro tabac pendant la grossesse

Certainement un "désagrément" pour certaines femmes enceintes, néanmoins cette règle est incontournable pour préserver la santé de bébé !


Le plus souvent bénins et transitoires, ces petits maux perturbent plus ou moins les femmes enceintes. Quoi qu'il en soit, parlez en toujours à votre médecin : dans certains cas, un symptôme anodin peut révéler un problème plus sérieux. Et bien sûr, jamais d'automédication !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)



Sources : www.cngof.asso.fr - www.syngof.fr - www.has-sante.fr - www.sogc.org - www.inpes.sante.fr - www-smbh.univ-paris13.fr - www.cnsf.asso.fr - www.sforl.org - www.sfo.asso.fr

Mise à jour le Lundi, 28 Mars 2011 07:51
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…