Je me connecte




Mot de passe oublié ?

Sommeil et grossesse

Sommeil et grossesse

Les modifications hormonales, physiques, fonctionnelles et psychologiques de la grossesse influent sur le sommeil. Les perturbations mineures et passagères sont "naturelles", mais des problèmes plus sérieux peuvent parfois se manifester. Or pour votre santé et celle de votre bébé, il est primordial de bien dormir… Rassurez-vous, votre médecin ou votre sage-femme sont là pour vous aider !

Au premier trimestre...

Une somnolence est souvent présente en début de grossesse : ces envies de "piquer du nez" à tout moment de la journée sont dues à l'effet sédatif de la progestérone.


Sachez que vous devriez normalement "retrouver du punch" au quatrième mois ! A l'inverse, vous risquez d'avoir des nuits difficiles...


D'une part en raison de l'anxiété déclenchée par vos interrogations sur le déroulement de la grossesse, sur l'accouchement ou sur cette nouvelle vie qui s'annonce.


D'autre part les "petits maux" du premier trimestre n'améliorent pas les insomnies : notamment, les nausées, les brûlures d'estomac ou les envies fréquentes d'uriner (dues à l'utérus qui appuie sur votre vessie).

Au deuxième trimestre...

Le plus souvent, à ce stade de la grossesse, il n'y a pas trop de problèmes d'insomnie.


Tous les petits maux (nausées, envies fréquentes d'uriner…) qui vous gâchaient la vie s'estompent, vous vous sentez plus dynamique et vous dormez généralement… comme un bébé !


Néanmoins, dans certains cas, les troubles du sommeil peuvent persister et il ne faut pas les négliger : parlez-en à votre médecin ! Ils sont parfois le signe d'une anxiété profonde, voire d'une dépression, nécessitant une prise en charge spécifique.

Au troisième trimestre...

En fin de grossesse, le sommeil risque d'être à nouveau perturbé. Il diminue en qualité et en quantité : il est moins réparateur et vos nuits sont plus courtes.


De multiples raisons expliquent ce phénomène...


Tout d'abord, il vous est difficile de trouver une bonne position avec votre ventre qui s'arrondit, sans compter que bébé bouge et peut vous donner des coups de pieds !


Divers désagréments ne vous aideront pas à vous reposer : notamment, les envies plus fréquentes d'uriner (le foetus qui grossit appuyant sur votre vessie), les bouffées de chaleur (la grossesse modifiant la régulation de la température du corps), les douleurs lombaires, les impatiences dans les jambes, les crampes et les ronflements (en raison d'un rétrécissement des voies respiratoires supérieures lié à l'imprégnation hormonale).


Les inquiétudes aussi augmentent à l'approche de l'accouchement et vous avez tendance à "ruminer" dans votre lit. La naissance va-t-elle bien se passer ? Mon bébé sera-t-il normal ? Serai-je une bonne mère ? Autant de questions qui prennent, bien évidemment, encore plus d'importance pendant la nuit...

Quelques conseils pratiques...

Diminuez, autant que possible, les facteurs d'anxiété et les sources de fatigue : bien sûr, ceci n'est pas toujours facile à mettre en pratique, surtout si vous avez une activité professionnelle et une vie familiale très prenantes.


Pendant la journée, si votre emploi du temps vous le permet, programmez des petites siestes. Cela vous permettra de détendre votre corps, tout en essayant de faire un peu le vide dans votre tête. Et ne vous inquiétez pas, cela ne nuira pas à votre sommeil nocturne, bien au contraire.


Vous pouvez aussi faire des pauses en position assise, avec quelques exercices de respiration, mais en allongeant les jambes (attention : ne les croisez pas, ce qui altèrerait la circulation sanguine, déjà perturbée par la grossesse).


Les activités physiques, comme la marche ou la natation, sont conseillées. Un bain en fin d'après-midi peut être très relaxant, à condition de ne pas le prendre trop chaud (pour ne pas aggraver les problèmes circulatoires).


Pour le dîner, prenez un repas léger, facile à digérer et évitez les excitants (thé ou café).


Le soir, privilégiez les activités de détente, comme la lecture, la musique douce ou quelques exercices de relaxation. Et si vous êtes vraiment "hyperactive", une petite promenade digestive ne peut que vous faire du bien !


Les tisanes peuvent vous aider à trouver le sommeil, mais n'en buvez pas trop, au risque de vous lever la nuit pour uriner !


Couchez-vous à heures régulières, dans une chambre bien aérée , sur un matelas plutôt ferme et en bon état !


Dormez de préférence sur le côté gauche, la jambe droite repliée et l'autre allongée, en glissant éventuellement un coussin entre les deux genoux.


Pensez aussi aux séances de préparation à la naissance : des techniques spécifiques (relaxation, sophrologie, yoga…) sont souvent proposées pour vous aider à mieux gérer votre stress, vos angoisses et votre sommeil. Renseignez-vous auprès de votre sagefemme sur les possibilités offertes dans votre région !


Si malgré ces mesures simples, vos troubles du sommeil ne s'améliorent pas ou sont difficiles à supporter : consultez votre médecin !

Les solutions médicales...

Une règle d'or : ne jamais prendre de somnifère sans avis médical ! Même si, avant la grossesse, vous aviez l'habitude de sédatifs légers, y compris ceux à base de plantes.


Votre médecin déterminera tout d'abord s'il s'agit de troubles du sommeil "normaux", liés uniquement à la grossesse. De nombreux médicaments sont contre-indiqués chez la femme enceinte, mais certains produits peuvent être prescrits sans risque pour le foetus.


Il recherchera aussi une carence en fer ou en vitamine B9 qui sera compensée si nécessaire.


Parfois, il diagnostiquera une anxiété majeure, voire une dépression, révélées par des insomnies. Une prise en charge spécialisée sera alors nécessaire pour traiter le problème de fond.


L'homéopathie et l'acupuncture peuvent être efficaces dans certains cas et sont dénuées de risques pour le bébé : ne vous en privez pas !


Lors de l'entretien prénatal précoce, pensez à signaler si vous aviez une tendance aux insomnies avant d'être enceinte. Cela permettra au médecin d'anticiper et d'éviter une aggravation de ces problèmes pendant la grossesse.


Enfin, sachez que vos insomnies n'empêcheront pas bébé de dormir, car vos rythmes de sommeil sont différents. Inutile donc de vous stresser à ce sujet, ce qui ne ferait qu'aggraver vos difficultés !

Fréquents pendant la grossesse, les troubles du sommeil sont généralement sans gravité, mais ils risquent d'augmenter votre fatigue, et révèlent parfois un problème psychologique plus profond. Quoi qu'il en soit, n'hésitez pas à en parler ! Votre médecin ou votre sage-femme sauront vous conseiller et vous apporter des solutions adaptées. Attention : ne faites pas d'automédication, même avec des produits a priori anodins !



Dr Alain Batarec (Médecin Généraliste)



Sources : www.cngof.asso.fr - www.medecine.ups-tlse.fr - www.uvp5.univ-paris5.fr - www.institutsmq.qc.ca - www.bmj.com

Mise à jour le Lundi, 16 Mai 2011 08:47
 
Derniers articles ajoutés

Le phénomène de la mumyrexie


Le phénomène de la mummyrexie

Certaines femmes prônent la mummyrexie ou une grossesse XXS...

Enceinte, 5 points à contrôler avant de prendre l'avion


Enceinte 5 points à controler avant de prendre l'avion

Vous attendez un heureux évènement et vous serez peut-être amenée à prendre l’avion pour des raisons professionnelles ou personnelles.

Le congé parental : ce qui change en 2015


Congé parental changement 2015

Depuis le 1er janvier 2015, le congé parental a subi quelques modifications.

Revue de presse du 19-12-14


Revue de presse 19-12-14

Tout ce que nous avons lu, vu et entendu récemment…